© Shutterstock.
  • Le PNUD cherche à améliorer l'utilisation des données spatiales pour protéger la nature
  • Les « cartes de l'espoir » identifieront les domaines dans lesquels les actions de protection, de restauration et de gestion de la nature peuvent assurer la vie sur la planète
  • La collaboration avec les acteurs mondiaux permettra d'intensifier ces efforts pour influencer les principaux processus politiques internationaux

Port-au-Prince, 2 Mars 2021 - Cette semaine, lors d’un atelier virtuel, près de 90 participants parmi les plus grands scientifiques et experts en politique environnementale du monde rencontreront les parties prenantes nationales d’Haïti afin de créer des « cartes de l'espoir » qui identifient les aires essentielles au maintien de la vie en Haïti. Ces cartes identifieront les aires dans lesquelles les actions de protection, de gestion et de restauration de la nature peuvent permettre à Haïti de réaliser ses priorités stratégiques en matière de biodiversité, de climat et de développement durable.

L'humanité est confrontée à un défi planétaire sans précédent pour sa survie. La pandémie de COVID-19 n'est que la plus récente d'une série de menaces diverses qui découlent directement de la dégradation de la nature par l'humanité. Selon le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), nous avons moins d’une décennie pour éviter les effets catastrophiques du changement climatique. En outre, le groupe d'experts intergouvernemental sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) confirme qu'il existe un déclin sans précédent de la nature, avec un million d'espèces menacées d'extinction.

Cependant, nous avons la solution à notre portée. En protégeant, restaurant ou gérant la nature de manière durable, les gouvernements peuvent fournir un tiers de la solution pour atténuer le changement climatique, améliorer la sécurité de l'eau et sauvegarder les moyens de subsistance de millions de personnes qui dépendent directement de la nature pour leur subsistance.

« Cette initiative témoigne de la volonté du Programme des Nations Unies pour le développement à accompagner les pays dans la mise en œuvre des solutions basées sur la nature, en la mettant au centre du développement mondial, pour répondre aux engagements liés à l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD) et l’agenda 2030 », a souligné Stephanie Ziebell, Représentante Résidente adjointe du PNUD en Haïti. « Les solutions basées sur la nature offrent des opportunités de vivre en harmonie avec elle, avec des bénéfices réels sur le plus long terme, et à prix bien moins coûtant que des solutions artificielles, négligeant le poids de la nature. Nous débutons aujourd’hui, ensemble, un atelier pour placer la nature au centre de nos activités de conservation, de restauration et de gestion durable des ressources. » a-t-elle ajouté.

Haïti est, avec la Colombie, le Costa Rica, le Kazakhstan, le Pérou, l’Ouganda, le Cambodge et la République Dominicaine, l'un des sept pays pilotes qui créeront ces "cartes de l'espoir", élaborées pour étendre l'utilisation des données spatiales dans les processus décisionnels et promouvoir la mise en œuvre de solutions basées sur la nature. Le projet, et plus spécifiquement cet atelier, sera l’occasion de discuter des données existantes en Haïti relatives à la nature telles que la dégradation des ressources naturelles, la prévention des risques de désastres, ou encore les données socio-économiques ayant trait au développement durable. Les résultats de cette initiative seront appuyés par le PNUD pour intensifier l'action à l'échelle mondiale.

Au cours des huit prochains mois, 196 pays vont se mettre d'accord sur une nouvelle série d'objectifs mondiaux pour la biodiversité qui guideront l'action pour les 30 prochaines années, ainsi que sur un cadre politique international associé. Les résultats de ce projet seront utilisés pour influencer les processus politiques internationaux clés, incluant aussi les activités liées à la Convention-cadre des Nations Unies pour les changements climatiques (CCNUCC), la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) et le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Pour sa part, Boby Emmanuel Piard, Directeur du Centre National de l’Information Géo-Spatiale (CNIGS) s’est réjoui des ambitions de ce projet : « Le CNIGS apprécie grandement l’initiative du projet ELSA, car elle concorde avec nos objectifs et notre vision pour le bien-être de nos concitoyens. Avec ce projet, nous avons la possibilité d’exploiter au maximum le pouvoir des données spatiales pour place la nature au cœur de nos projet et d’atteindre nos objectifs en termes de biodiversité, de lutte contre le changement climatique et de développement durable. Nous sommes ravis de joindre nos efforts à ceux du PNUD, un partenaire de longue date avec qui le CNIGS a déjà travaillé sur diverses thématiques pour le pays, de représentants de différents ministères ainsi que les représentants de la société civile. »

L'atelier est soutenu par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), avec le soutien d’Impact Observatory (IO) et de l’Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (Sida).

Pour plus d'informations, veuillez contacter :
Ruvens Ely Boyer,
Chargé de communication du PNUD en Haïti
(+509) 48 94 85 34
ruvens-ely.boyer@undp.org

Icon of SDG 06 Icon of SDG 13

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global