Pour un jeune haïtien, l'espoir malgré le séisme

12 janv. 2016

Oriental est natif d'un taudis de Port-au-Prince. Son existence a été jalonnée d'épreuves, y compris avant le séisme, mais il s’est frayé un chemin vers le bonheur, et dit y avoir découvert la valeur de la vie. Photo: Raul de la Fuente/Kanaki Films Oriental est natif d'un taudis de Port-au-Prince. Son existence a été jalonnée d'épreuves, y compris avant le séisme, mais il s’est frayé un chemin vers le bonheur, et dit y avoir découvert la valeur de la vie. Photo: Raul de la Fuente/Kanaki Films

Oriental Méliance est né en Haïti en 1990. Il avait 10 ans alors que les leaders mondiaux adoptaient les Objectifs du Millénaire pour le développement. En 2015, à 25 ans, il faisait partie des 2 milliards de pauvres vivant avec moins de 1,25 dollar par jour, un chiffre astronomique qui éclipse le visage de personnes physiques comme lui.

Que signifie vivre dans la pauvreté ? Désormais plus complexes, les définitions de la pauvreté vont au-delà du revenu pour intégrer divers besoins et manques. Ainsi, la « pauvreté multidimensionnelle » définit les familles qui, en plus de vivre avec moins de 1,25 dollar par jour, sont dépourvues d'accès à un habitat décent, à l'eau et l'assainissement, aux services de santé et à l'éducation.

Cette deuxième définition est plus intéressante : elle nous permet de percevoir Oriental (Tattoo Love, pour ses amis) non plus comme une statistique liée au revenu mais en tant que personne physique vivant dans certaines conditions. Par exemple, nous savons que c'est un sinistré du séisme qui a ravagé Haïti le 12 janvier 2010. Depuis, il a construit et vit dans une cabane entièrement faite de tôle ondulée et dépourvue d'accès à l'eau courante. L'éducation ou les services médicaux sont hors de prix pour lui.

Même avant le séisme, son existence était jalonnée d'épreuves. Orphelin à 15 ans, Oriental ne voulait pas la compassion mais un emploi. Par son combat quotidien pour vivre dignement, il a forcé le respect de plus d'un. Aujourd’hui, il organise des tournois de football pour permettre aux jeunes de son quartier de faire du sport, de s'amuser et d'apprendre des valeurs. Revendeur de sacs de charbon, il a aussi aidé un ami à construire une maison.

Parfois, il trouve à manger. Parfois, rien. Il rêve de devenir DJ et espère ne jamais tomber malade. Un jour, en sortant les ordures, il est tombé sur un bébé abandonné, dont la mère ne pouvait pas s’occuper. Il l'a nourri et élevé jusqu'à ce que celle-ci retrouve assez de forces pour l'entretenir.

La bonne nouvelle, c'est que l'entrée en vigueur des nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) coïncide avec le sixième anniversaire du séisme. Le premier des 17 objectifs vise à éradiquer l'extrême pauvreté. La réalisation d'un tel programme nécessite tout à la fois de nouvelles politiques intersectorielles axées sur le bien-être social, des modèles économiques inclusifs et soucieux de leur impact environnemental et une interaction avec la société civile.

Notre monde regorge de femmes et d'hommes de tous âges rendus invisibles par les statistiques, comme Oriental. La mise en œuvre des ODD marque une étape importante vers la justice sociale et l'indispensable équilibre entre les sphères économique, sociale et environnementale. Le temps presse. Oriental attend. Avec lui, beaucoup d'autres.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global