Rapport sectoriel gouvernance

13 mai 2017

L’étude d’impact de l’ouragan Matthew sur la gouvernance locale se focalise sur deux sous-secteurs en particulier :

  1. la gouvernance locale : délégations, vice-délégations, mairies et sections communales.
  2. l’état de droit : justice, police et prisons.

Les dégâts causés par le cyclone Matthew classé catégorie 4 sur l’échelle Saphir-Simson, avec des vents de l’ordre de 200 à 250 km/h, lors de son passage sur le pays du 03 au 05 Octobre 2016, ont eu une allure de catastrophe. C’est le pire cyclone enregistré dans le pays depuis 12 ans, après le cyclone Jeanne (septembre, 2004). Les départements au sud du pays et l’extrême ouest du Département du Nord-Ouest sont sévèrement touchés. Pour des raisons pratiques (manque de moyens) et le peu de données directes disponibles, l’analyse des effets de cette catastrophe sur le secteur de la gouvernance se limite aux départements de la Grande-Anse, du Sud et des Nippes.

Le montant estimé des dommages et pertes sur le secteur (comprenant les sous-secteurs de la gouvernance locale et de l’état de droit) est de 122 540 472 HTG, dont les 2/3 incombent à la gouvernance locale  et au sein du sous-secteur, aux mairies à 72%. Les dommages concernent avant tout les bâtiments et représentent 20% du montant total. Les pertes (80%) concernent avant tout le coût de remplacement d’équipements vétustes ou d’équipement supplémentaires indispensables pour une bonne réactivité des institutions de gouvernance locale aux besoins de relèvement des communautés sinistrées. Même si plus négligeables, les pertes budgétaires au niveau des mairies (augmentation des besoins en budget de fonctionnement et pertes de revenus fiscaux) pourraient s’avérer critique dans un proche avenir pour l’opérabilité de ces institutions.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global