Rapport sectoriel eau potable et assainissement

13 mai 2017

L’ouragan Matthew a causé de nombreux dégâts dans le secteur Eau Potable et Assainissement, dans le grand Sud notamment. L’ampleur des dommages et pertes inventoriés, estimés à environ 2,936,162,000.00 milliards de gourde, est indissociable des problèmes environnementaux.  Les estimations au niveau du secteur, en termes de besoin suite au passage de l’ouragan sont estimées à 3,921,056,515.29 Milliards de gourde. Soixante-trois pour cent (63%) de ce montant est destiné à la réparation et la réhabilitation infrastructures d’eau potable et d’assainissement dans les zones touchées. D’autres secteurs en lien avec le secteur Eau Potable et Assainissement ont également enregistré des pertes après la catastrophe, découlant de l’incapacité des structures de la Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA) à suppléer à leur besoin régulier en eau potable et en assainissement. L’évaluation des effets de l’Ouragan a permis au secteur de mesurer l’importance des dégâts et de définir les mesures de redressement en fonction des besoins enregistrés. L’urgence dans les actions à mener doit être prise en compte afin de limiter les impacts à court et à moyen terme, dont ou encore l’expansion de maladies d’origine hydrique ou hydro-fécale. A court-terme, sur les six premiers mois suivant la catastrophe, la DINEPA aura besoin d’une bagatelle de 1,160,841,229.09 Milliards de gourde pour donner satisfaction aux victimes de la catastrophe.

Au nombre des objectifs visés pour le relèvement, la DINEPA travaillera i) au rétablissement rapide du service d’alimentation en eau pour les usagers ii) à la réhabilitation complète des systèmes endommagés tout en s’assurant de leur pérennité iii) au développement d’un service régional d’assainissement en lien avec les services communaux. Toutefois la priorité dans le cadre des mesures d’urgence à entreprendre consiste à ramener les gens à leur normalité de vie en matière de consommation d’eau potable et d’assainissement. La DINEPA mettra en œuvre les moyens dont elle dispose pour ce faire. Mais le grand défi auquel l’Institution devra faire face consiste au rétablissement du service payant dans un délai de 4 à 6 mois, étant donné que le service sera fourni gratuitement durant ce laps de temps.

Ce rapport fait état des résultats de l’évaluation sectorielle et du plan de redressement adopté en tenant compte des priorités établies.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global