Message lu à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme

27 mars 2014

La Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme est l’occasion, cette année, de célébrer la créativité des personnes touchées par des troubles du spectre autistique et de renouveler notre engagement à les aider à réaliser leur riche potentiel.

J’adore ces rencontres avec des personnes touchées par l’autisme, qu’elles soient des parents, des enfants, des enseignants ou des amis. Leur force est une source d’inspiration. Ces personnes méritent d’avoir accès à toutes les possibilités en matière d’éducation, d’emploi et d’intégration.

Pour mesurer les succès remportés par nos sociétés, nous devrions examiner comment ceux qui ont différents handicaps, dont les autistes, sont bien intégrés et respectés en tant que membres à part entière.

L’éducation et l’emploi revêtent une importance déterminante. L’école rattache l’enfant à son groupe. L’emploi rattache l’adulte à la société. Les autistes méritent de suivre la même voie. En intégrant des enfants ayant des capacités d’apprentissage différentes dans les écoles générales et spécialisées, nous pouvons modifier les comportements et promouvoir le respect. En créant des emplois adaptés pour les adultes autistes, nous intégrons ceux-ci dans la société.

En cette époque marquée par des contraintes économiques, les gouvernements devraient continuer d’investir dans les services destinés aux autistes. Lorsque nous renforçons les moyens d’action de ces derniers, ce sont les générations actuelles et futures qui en bénéficient.

Malheureusement, dans beaucoup d’endroits du monde, les autistes se voient privés de leurs droits humains fondamentaux. Ils sont en butte à la discrimination et à l’exclusion. Même là où leurs droits sont garantis, ils doivent encore trop souvent se battre pour avoir accès aux services de base.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées offre un cadre solide pour créer un monde meilleur pour tous.

La Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme ne se limite pas à encourager l’entente; c’est un appel à l’action. J’invite instamment tous les acteurs concernés à favoriser la réalisation de progrès en soutenant des programmes d’éducation, la création de débouchés et d’autres mesures qui contribuent à la réalisation de notre projet commun consistant à bâtir un monde dont les bienfaits sont plus largement partagés.