L´ONU rappelle que la violence basée sur le genre affecte une femme sur quatre en Haïti et que le risque a augmenté pour les affectées par Matthew

25 nov. 2016

Une femme haïtienne.© Minustah

Les 16 Jours d´Activisme contre la violence basée sur le genre commencent avec la journée du 25 novembre autour du thème « Patisipasyon fanm=Ayiti djanm »

Port-au-Prince, le 24 novembre 2016- À l´occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, l´équipe des Nations Unies en Haïti lance demain 25 novembre les 16 jours d´activisme contre la violence basée sur le genre en soutenant le Ministère à la Condition Féminine et en annonçant un programme d´activités qui invite à la réflexion sur le rôle des femmes comme acteurs clés du développement. L´ONU appelle également au financement des efforts pour l´autonomisation et les droits de femmes, puisque les pays qui investissent dans l´amélioration de la situation sociale et économique des femmes deviennent plus prospères.

Cette année, la campagne accorde une attention particulière aux femmes affectées par l´Ouragan Matthew, dans un contexte post-désastre naturel qui selon les experts augmente les risques de cas de violence basée sur le genre et diminue l´accès des femmes aux services de base, tels que les soins de santé maternelle et la santé sexuelle et reproductive. La vulnérabilité et la dépendance des femmes et des filles sont alors exacerbées, les exposant davantage aux risques des violences sexuelles et de trafic.

Parmi les 1,4 million de personnes les plus touchées par Matthew en Haïti, environ 200.000 femmes nécessitent des services de protection urgemment. Mais les femmes ne sont pas simplement des bénéficiaires de la réponse humanitaire après Matthew, puisqu´elles jouent aussi un rôle essentiel dans la récupération sociale et économique des zones du Sud et de la Grand ´Anse, où  40% des familles affectées par l´ouragan ont une femme comme chef de ménage.

Autour du thème international « Orangez le Monde » et du message en créole « Patisipasyon fanm=Ayiti djanm », le calendrier des 16 Jours d´Activisme se focalise notamment sur cinq journées clés : le 25 novembre (Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes), le 1er décembre (Journée mondiale de lutte contre le Sida), le 3 décembre (Journée internationale des personnes vivant avec un handicap), le 5 décembre (Journée internationale des volontaires) et le 10 décembre (Journée mondiale des droits humains).  

La campagne propose plus d´une vingtaine d´activités diverses telles que des ateliers de sensibilisation, des projets artistiques (liés à la musique, la peinture et la poésie), des cliniques mobiles, un match de football d´une équipe de l´ONU avec l´équipe nationale féminine sub-16 et des actions de plaidoyer pour la santé sexuelle et reproductive, ainsi que pour la prévention des maladies telles que le Sida.

La couleur orange sera à nouveau le symbole qui habillera les évènements et bâtiments des Nations Unies, dans le monde et en Haïti, afin de réaffirmer leur soutien pour avancer dans l´égalité de genre comme un élément clé et transversal de l´agenda des Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030, et en particulier pour l’atteinte de l´ODD numéro 5 : « Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles ».    

L’équipe des Nations Unies en Haïti rappelle que tous les acteurs sociaux ont la responsabilité  de promouvoir l´égalité de genre et encourage les efforts d´Haïti pour éradiquer la violence sexuelle et sexiste, améliorer l’accès des femmes à une éducation égalitaire, aux services de santé et à un emploi de qualité, ainsi que pour renforcer leur participation dans la vie politique, institutionnelle et économique.

Pour plus d´information sur la situation des femmes en Haïti, merci de consulter les documents dans la colonne de droite.

Contact

Pour plus d’information, merci de contacter:

José Ignacio Martín Galán, (martingalan@un.org)
Responsable de communication du Bureau du DSRSG/RC/HC-Groupe de Communication des Nations Unies,
Tél.: 509 37010336

Ariane Quantier (quentier@un.org)
Porte-parole,
MINUSTAH

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe