La République d’Haïti, l’Union européenne, la France et le PNUD renforcent leur coopération pour affronter le changement climatique

23 nov. 2015

De gauche à droite : Vincent Degert (Ambassadeur Union Européenne), Dominique Pierre (Ministre de l'Environnement), Yvonne Helle (Directrice Principale PNUD Haiti), Elisabeth Beton Delègue (Ambassadeure de France en Haiti). © PNUD Haïti

Port-au-Prince, le 20 novembre 2015. La République d’Haïti, l’Union européenne, l’Ambassade de France et le PNUD  se sont engagés aujourd’hui à poursuivre et à renforcer leur coopération sur le changement climatique dans la perspective de l’adoption d’un nouvel accord mondial sur le climat lors de la 21ème conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP21) qui se tient à Paris, du 30 novembre au 11 décembre  prochains.

Quatre éléments clés sont garants d’un accord satisfaisant: des engagements ambitieux de réduction des émissions, une finalité commune sous la forme d’un objectif à long terme, un cycle de réexamen quinquennal pour revoir et renforcer les objectifs d’émission, et des règles strictes en matière de transparence et d’obligation de rendre des comptes afin de donner confiance aux parties prenantes et les assurer que les pays tiendront leurs engagements.

Le Ministre de l’Environnement, Monsieur Dominique PIERRE évoquant l’enjeu de la Conférence de Paris, a déclaré : « La grande innovation de cette 21ème  conférence des Parties est la soumission préalable par les Etats signataires de la Convention-Cadre, des Contributions nationales qui montrent leur effort dans la lutte contre les changements climatiques.  La République d’Haïti souhaite donc que l'accord qui sera conclu à Paris soit juridiquement contraignant à toutes les Parties, garantisse un financement adéquat, prévisible et accessible pour supporter l'adaptation et l'atténuation climatiques ainsi que les autres besoins liés aux changements climatiques et aborde adéquatement la question des pertes et dommages».

L’ambassadeur de l’Union européenne, Vincent Degert, a déclaré: «La conférence de Paris constitue une occasion historique d'accélérer la transition vers une économie mondiale à faible intensité de carbone, résiliente face au changement climatique. Des mesures décisives pour lutter contre le dérèglement  climatique doivent être prises et sont attendues de la part des citoyens partout dans le monde.»

Et d’ajouter : « Notre responsabilité est aussi d’accompagner nos partenaires à mieux s’adapter au changement climatique. A cet effet, l’UE finance notamment, avec une enveloppe de 6 millions d’euros, le programme d'Appui au changement climatique pour le développement national d'Haïti. Ce programme permet de renforcer les capacités techniques du ministère de l'environnement mais aussi de favoriser de nouvelles pratiques au sein des communautés telles que le recours aux énergies renouvelables plutôt qu’au charbon ou à des pratiques agricoles qui empêchent l’érosion des sols. »

L’Ordonnateur National du FED en Haïti pense que Le phénomène de changements climatiques est inhérent à notre planète et prend des proportions alarmantes dans les économies fragiles, insulaires et frappe plus fortement les populations vulnérables. « Nous devons travailler sans relâche de notre côté avec nos partenaires locaux afin que le gouvernement puisse  adresser les changements climatiques dans les politiques de développement national. La gestion de nos bassins versants de nos zones côtières, le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le développement d’alternative à la dépendance énergétique fossile, le développement urbain et la gestion des infrastructures, la formation, l’éducation, la sensibilisation en matière environnementale sont autant d’éléments dont il faut tenir compte dans notre combat réduire les impacts négatifs du changement climatique sur vos vies et biens afin de créer des espaces vitaux agréables et de préserver la planète pour les générations futures » a-t-il ajouté.

L’Ambassadeur de France en Haïti, Madame Elisabeth Beton Delègue a, de son côté, affirmé : « La France va bientôt accueillir et présider la COP21. C’est une échéance cruciale puisqu’il s’agit d’aboutir, pour la première fois, à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone. Forte de sa longue tradition d’appui aux secteurs de l'environnement et de l'agriculture en Haïti, la France a  apporté son soutien à l’élaboration de la contribution nationale soumise par les autorités haïtiennes en amont de la Conférence. Cette contribution prévoit d’importantes mesures d’adaptation. C’est précisément pour faciliter leur mise en œuvre que la France souhaite renforcer sa coopération avec Haïti dans le domaine de l’environnement ».

La Directrice Principale du PNUD, Yvonne Helle a pour sa part salué le leadership du Gouvernement Haïtien et a invité les acteurs à joindre leurs efforts pour un impact réel des initiatives engagées tout en assurant de la continuité de son appui au pays dans ce domaine. « Les changements climatiques constituent le défi majeur pour le siècle à venir. La lutte pour contrer ses effets nécessite, sur le long terme, des actions,  intelligentes et concertées et c’est pour cette raison que le PNUD se positionne aux côtés du Gouvernement et d’autres partenaires pour adresser une réponse adéquate à ce mal qui peut anéantir tout espoir pour notre civilisation et ses futures générations.   

Plus de 120 chefs d’Etats et de gouvernements se réuniront à l'occasion de la conférence de Paris sur le climat (COP 21) afin de conclure un nouvel accord mondial sur le changement climatique.

Les Contributions d’Haïti et de l’UE dans la lutte contre le changement climatique

Haïti a soumis, depuis le 30 septembre, sa Contribution nationale (CPDN). Ce document fixe les orientations sur lesquelles reposeront les actions de l’Etat haïtien au cours des quinze prochaines années pour s’adapter aux changements climatiques et réduire de 31% ses émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) par rapport à un scénario tendanciel, d’ici à 2030. Avec cet effort, Haïti restera l’un des pays les moins émetteurs de GES.

La mise en œuvre de la CPDN d’Haïti nécessite un budget total de 25,387 milliards USD sur la période 2016 – 2030.

D’un autre côté, l’UE a été la première grande économie à présenter sa contribution prévue au nouvel accord: il s'agit d'un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'Union d’au moins 40 % par rapport aux niveaux de 1990 d'ici à 2030.

Cet engagement s’appuie sur les objectifs chiffrés et le cadre stratégique actuels de l’action pour le climat de l'UE. L’Union est en voie d'atteindre, voire de dépasser, son objectif de réduction des émissions de 20 % d’ici à 2020. Entre 1990 et 2013, les émissions de l’UE ont diminué de 19 %; le PIB, quant à lui, a augmenté de 45 % au cours de la même période.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe