Haïti : le Système national de GRD grandit au fil des ans

21 août 2014

imageAgents de vulgarisation entrain de mobiliser la population lors du SIMEX

Port-au-Prince, lundi 21 août 2014 – « L’exercice de simulation, réalisée cette année, nous a montré clairement que le Système national de gestion des risques et des désastres (SNGRD) a développé ses capacités en matière de coordination efficace et  de bonne gestion de l’information du public. Nous venons encore une fois de constater combien ces deux domaines sont cruciaux dans la gestion d’une urgence. »

La Directrice de la protection civile, Mme Marie Alta Jean-Baptiste, a de bonnes raisons d’être satisfaite de la performance des acteurs du SNGRD, qui se sont mobilisés pendant deux jours du niveau central jusqu’à la section communale la Plaine, à Baradères, dans les Nippes. « Désormais, nous devons nous attaquer aux chantiers qui méritent d’être renforcés, comme la connaissance des mécanismes et procédures au niveau sectoriel, par exemple », a-t-elle pourtant nuancé, regardant déjà vers l’avant.

Ils étaient plus de 250 joueurs, observateurs, évaluateurs et contrôleurs nationaux et internationaux du SNGRD, impliqués activement dans l’organisation de l’exercice de simulation annuel aux aléas hydrométéorologiques, coordonné par le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, à travers sa Direction de la protection civile. Il faut également ajouter la cinquantaine de membres de la population de la Plaine, ayant participé à un exercice d’évacuation et une dizaine d’étudiants venus observer, avec beaucoup d’intérêt, les gestionnaires d’urgence au travail au Centre d’opérations d’urgence national (COUN).

Cette année, la simulation nationale aux cyclones et aux inondations s’est déroulée, les 12 et 13 août, à Port-au-Prince et dans les départements de la Grande-Anse et des Nippes, où un total de huit centres d’opérations d’urgence (COU) a été activé, incluant celui de la Minustah à Port-au-Prince. Elle a été organisée en deux temps, avec un exercice fonctionnel au niveau des COU et la simulation d’évacuation sur le terrain, avec l’implication de la population, de brigadiers de la protection civile, de volontaires de la Croix-Rouge haïtienne et de gestionnaires d’abris provisoires.

« Nous avons inclus l’exercice de terrain dans la simulation nationale pour la deuxième fois cette année, en vue de permettre aux acteurs impliqués dans le processus de pouvoir eux aussi s’entrainer, mais surtout pour rappeler  à la population que l’évacuation sauve des vies », a précisé la Directrice de la protection civile.

 Au terme de l’exercice, le Coordonnateur de l’action humanitaire en Haïti, M. Peter De Clercq a félicité le SNGRD tout en souhaitant qu’il puisse continuer à renforcer l’efficacité des mécanismes de prise en charge et de réponse aux situations d’urgence. « L’organisation du SIMEX 2014 est une étape clé dans la préparation de la saison cyclonique 2014 durant laquelle le gouvernement, appuyé par les partenaires internationaux, a travaillé sans relâche pour la préparation des équipes de protection civile et les représentants des secteurs à tous les niveaux », avait-il souligné la veille de l’exercice.

Pour sa part, le Chef de cabinet adjoint du Bureau du Premier ministre, M. Abel Nazaire, a salué la disponibilité et l’engouement manifestés par les représentants des différents secteurs, tout en renouvelant l’engagement du Gouvernement haïtien à continuer à accompagner la population pour la préparation et la réponse aux éventuelles urgences qui pourraient subvenir, notamment pendant la saison cyclonique en cours.

Également présents à Port-au-Prince, des observateurs de la Garde de la Louisiane ont également salué le leadership de la Direction technique du COUN, qui a été crucial, selon eux, dans la réussite de l’exercice de simulation.

Pour mettre en œuvre cet événement majeur dans la stratégie de préparation de la saison cyclonique, le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales s’est associé à la Croix-Rouge haïtienne, le Programme des Nations unies pour le développement, le Bureau pour la coordination des affaires humanitaires, la Banque mondiale, le Programme alimentaire mondiale, l’Organisation internationale pour les migrations et l’Unicef.

Cet exercice de simulation, qui a permis de tester le niveau de la chaîne de communication du SNGRD et la transmission des informations à la population, a bénéficié de l’appui financier du PNUD avec le support de l’OFDA.

Le Programme des Nations unies pour le développement est un partenaire clé du Gouvernement haïtien dans la prévention des risques majeurs. Depuis 2006, il appuie régulièrement, avec la Banque mondiale, la réalisation d’exercices de simulation en vue de renforcer les capacités de coordination et d’intervention du Système national de gestion des risques et désastres à travers les dix départements géographiques du pays.