Rapport sur le développement humain 2014

25 juil. 2014

imageLe Rapport montre que les générations plus âgées continuent à lutter contre l'analphabétisme, tandis que les plus jeunes tentent de faire le saut du primaire à l'enseignement secondaire. Photo: PNUD au Burkina Faso

Des vulnérabilités persistantes menacent le développement humain et, faute d’une approche systématique par le biais de politiques et des règlementations sociales, les progrès ne seront jamais équitables ou durables. C’est la principale conclusion du Rapport sur le développement humain 2014 rendu public en présence du Premier ministre du Japon Shinzō Abe, de l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) Helen Clark et du Directeur du Bureau du Rapport sur le développement humain Khalid Malik.

Intitulé « Pérenniser le progrès humain : réduire les vulnérabilités et renforcer la résilience », le rapport offre un nouveau regard sur la vulnérabilité et propose des moyens de renforcer la résilience.

Selon les mesures de la pauvreté basées sur les revenus, 1,2 milliard de personnes vivent avec un revenu inférieur ou égal à 1,25 dollar par jour. Les dernières estimations de l'Indice de pauvreté multidimensionnelle (IPM) du PNUD révèlent toutefois que presque 1,5 milliard de personnes dans 91 pays en développement vivent en situation de pauvreté marquée par des carences cumulées en matière de santé, d'éducation et de niveau de vie. Et malgré une baisse d’ensemble, près de 800 millions de personnes risquent encore de basculer dans la pauvreté en cas de crise financière, naturelle ou autre.

« La lutte contre les vulnérabilités permet de partager les dividendes du développement et assure un développement humain plus équitable et plus durable », a déclaré aujourd'hui l’Administrateur du PNUD Helen Clark.

Le Rapport sur le développement humain 2014 est publié à un moment clé du débat sur la création d'un nouvel agenda de développement, après l'échéance des objectifs du Millénaire pour le développement en 2015.