Les Nations Unies en Haïti gravement préoccupées par l’augmentation récente des violences homophobes

16 août 2013

La Mission des Nations Unies et les agences et programmes des Nations Unies en Haïti sont gravement préoccupés par la récente augmentation des violences homophobes dans le pays.

Les Nations Unies invitent instamment tous les Haïtiens à continuer à travailler ensemble à la construction d’un Etat basé sur le respect de l’état de droit, le respect d’autrui, la tolérance, la dignité de chacun et les droits de l’homme.

Les Nations Unies souhaitent également se faire écho de la déclaration faite le 21 juillet dernier par la Ministre Déléguée auprès du Premier Ministre Chargée des Droits Humains et de la Lutte Contre la Pauvreté Extrême, dans laquelle cette dernière souligne que « la tolérance, l’amour, la solidarité, la sérénité et le respect d’autrui, ainsi que la fraternité et la justice pour tous demeurent les fondations d’une société démocratique en devenir ».

Toute personne, quelle que soit son genre et son identité sexuelle, devrait pouvoir jouir de la même liberté et du même droit à vivre dans la paix et la tranquillité. Les premiers mots de la Déclaration universelle des droits de l’homme sont sans équivoque : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits », et trouvent un écho dans l’article 19 de la Constitution haïtienne qui stipule que le droit « à la Vie, à la Santé, au respect de la Personne Humaine, à tous les Citoyens sans distinction, conformément à la déclaration universelle des Droits de l’Homme ».

La famille des Nations Unies invite la société civile et tous les acteurs clés, inclus les chefs politiques, religieux et communautaires, à user de leur influence considérable pour inspirer au  respect du droit et décourager les déclarations de haine et de mépris.

Les Nations Unies apprécient l’intervention des autorités nationales pour secourir les victimes de violence et les exhortent à intensifier leurs efforts pour prévenir d’autres incidents, poursuivre en justice et punir les personnes responsables de violences.

 

Source : Minustah

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe