Vers l'institutionalisation du volontariat en gestion des risques et désastres en Haïti

4 avr. 2017

Les brigadiers de la protection civile d'Haïti prêts pour l'action. © PNUD Haïti

Port-au-Prince, 15 mars 2017 : Le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT) à travers la Direction de la Protection Civile (DPC) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont organisé les 22 et 23 mars 2017 un atelier stratégique de consultation sur un cadre stratégique du volontariat en gestion des risques et désastres.

Cet atelier, organisé en coopération avec la Croix Rouge Haïtienne, la Croix Rouge Française et l’appui financier de l’Union Européenne, a contribué à  la définition de manière participative d’un cadre pour le renforcement du volontariat en gestion des risques et désastres pour les cinq prochaines années. Il a aidé également à identifier des éléments pertinents de plaidoyer à l’intention du Gouvernement pour améliorer la gestion, la reconnaissance et la valorisation du volontariat.

En effet, au terme de cet atelier, les résolutions suivantes ont été adoptées dans le cadre stratégique

  • La nécessité d’une vision commune sur le volontariat en gestion des risques et désastres
  • L’établissement d‘axes d’action concernant le recrutement, l’encadrement, la fidélisation et la formation des volontaires en gestion des risques et désastres
  • La mise en place d’un cadre de suivi et évaluation de l’impact du volontariat en gestion des risques et désastres
  • L’engagement d’un plaidoyer pour un cadre juridique sur le volontariat

Marie Alta Jean Baptiste, Directrice de la DPC, a profité de cet atelier, pour une fois de plus, saluer le rôle fondamental des volontaires dans les actions de préparation et de réponse aux catastrophes.

« Les volontaires constituent un bouclier indispensable pour la DPC. Nous nous réjouissons de nous cheminer malgré les défis vers une institutionnalisation de ce corps qui est source d’inspiration et d’humanité pour toute la population » a-elle- soutenu.

Guiteau Jean Pierre,  président de la Croix Rouge Haïtienne, a souligné l’importance de continuer les efforts de plaidoyer vers un cadre légal sur le volontariat et a reconnu l’importance du volontariat pour la résilience des communautés.

Les différents désastres naturels auxquels le pays a du faire face,  le cyclone Mathieu en particulier, a permis de reconnaître, sans conteste, que l’action volontaire est une ressource inestimable pour le fonctionnement du Système National de Gestion des Risques de Désastres (SNGRD) et pour diminuer la souffrance des populations en cas de catastrophes. Aujourd’hui, le SNGRD peut compter sur plus de 20,000 personnes sont engagées comme volontaires dans le domaine de la GRD. A travers les différents programmes de sensibilisation menés par le système et ses partenaires, les volontaires ont toujours joué un rôle clé pour informer et préparer les communautés avant une catastrophe, évacuer les résidents des zones dangereuses et appuyer les actions de réponse et relèvement.

Souventes fois victimes lors des catastrophes, les volontaires se donnent, malgré tout, corps et âmes pour aider les autres.

« Lors du passage de le cyclone Mathieu, leurs maisons ont été endommagées, leurs moyens de vie affectés ou leurs cultures ravagées. Toutefois, ceci ne les a pas empêchés d’être fortement mobilisés pendant la crise et de continuer à secourir la population. Sans eux, sans leurs efforts et leur détermination, Mathieu aurait certainement fait davantage de victimes. » a témoigné Jude Saint-Natus, Directeur général du MICT. 

Martine Thérer,  Directrice adjointe du PNUD, a renchéri et fait comprendre que « l’impact de Mathieu aurait été plus catastrophique encore si des mesures de préparation n’avaient pas été prises avec l’engagement indéfectible des volontaires.

« La participation régulière des volontaires dans les différents exercices de simulation organisés tout au long de l’année a montré toute sa pertinence » a-t-elle reconnu.

Le MICT et ses partenaires vont continuer et renforcer les réflexions à tous les niveaux des pouvoirs de l’Etat pour renforcement du volontariat en GRD et reconnaître quotidiennement l’immense travail qu’ils réalisent pour la réduction des risques et désastres en Haïti.

Au regard des conclusions de cet atelier, le MICT et ses partenaires engageront un important atelier de plaidoyer sur le cadre légal sur volontariat au cours de l’année 2017. 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe