A la veille du lancement des ODD, la jeunesse haïtienne célèbre la semaine de la Paix avec les Nations Unies

24 sept. 2015

Port-au-Prince, le 21 septembre 2015:

A l’occasion de la Journée internationale de la paix, observée partout dans le monde le 21 septembre de chaque année, les Nations Unies lancent, au Cap Haïtien, la Semaine de la Paix. Placées sous le thème de la Journée de cette année :
« Partenariats pour la paix, dignité pour tous », la Semaine de la Paix nous rappelle l’importance de la solidarité en faveur de la paix.

A l’initiative du Bureau de la Communication et de l’Information Publique de la MINUSTAH,  les Nations Unies se sont associées à leurs partenaires du Gouvernement et de la société civile pour mobiliser la jeunesse haïtienne dans les villes du Cap Haïtien, des Gonaïves et des Cayes, autour d’une réflexion sur la non violence, le vivre ensemble et le civisme, à travers une série d’activités culturelles, sportives, environnementales, de sensibilisation et de création.

Selon le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, « aucun groupe n’est davantage prêt à réaliser ce rêve [de paix] que la jeunesse d’aujourd’hui. Celle-ci est la jeune génération la plus importante de l’histoire, mieux informée et mieux connectée qu’aucune avant elle ». A travers tout un programme d’activités, des centaines de jeunes artistes, de futurs électeurs, de lycéens ou de jeunes détenus travailleront, ensemble avec leurs ainés, artistes ou formateurs, à crééer des messages de paix et faire entendre leurs voix tout au long de la semaine et au-delà sur scène, dans les classes, ou dans les urnes.

Alors que, dans quelques jours, les dirigeants du monde entier se réuniront à l’ONU pour adopter les Objectifs de Développement Durable* (ODD) à l’horizon 2030, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies, Sandra Honoré, rappelle qu’ « avec la paix pour objectif commun, nous avons tous un rôle à jouer pour favoriser le progrès social, protéger l’environnement et créer un monde plus juste, stable et pacifique ».

Réalisé en grande partie dans la ville du Cap Haïtien, la Semaine de la Paix se terminera avec un grand concert gratuit de l’artiste BélO, pour qui « la paix, est une question d’intéret général qui nous concerne tous ». En effet, dans le cadre de l’atelier « Ann Ekri Lapè » réalisé par la Fondation Haïti Jazz, BélO, Ralph Boncy et Joel Widmaier travaillent pendant la semaine avec une trentaine de jeunes artistes de quartiers vulnérables de la cité capoise à la création de textes de paix, mis en musique par le musicien Fabrice Rouzier. « Je ne crois pas que la paix concerne juste l’Etat, les autorités ou seulement les artistes ; chacun d’entre nous a sa partition à jouer pour établir la paix sur terre, », estime l’artiste dans un message enregistré à l’occasion du lancement de la Semaine de la paix. « C’est pour cela que moi, BélO, je me suis engagé dans ce projet pour promouvoir la paix et créér de jeunes ambassadeurs qui feront de même à leur tour ».

La Semaine de la Paix est une initiative du Bureau de la Communication et de l’Information Publique de la MINUSTAH. Elle est financée par le Bureau de la Communication et de l’Information Publique et la Section de la Réduction de la Violence Communautaire de la MINUSTAH, le Programme des Volontaires des Nations Unies du PNUD, le PNUD et le FNUAP avec le soutien du Bureau du Représentant spécial adjoint des Nations Unies en Haïti, de l’UNICEF, du ministère de la Culture et du ministère à la Jeunesse et aux Sports et de l’Alliance Française du Cap Haïtien et des Gonaïves.
Veuillez trouver ici le programme complet de la Semaine de la Paix, le message du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon et de sa Représentante speciale en Haïti, Sandra Honoré.

* Les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) comprennent notamment le respect des droits de l´homme, l´égalité de genre, la protection de l’environnement, l´éducation, la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté, l´accès à la santé, l´emploi, la justice et la participation démocratique.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe