Pour une nouvelle politique sociale inclusive et cohérente en Haïti

27 mai 2015

Les membres du gouvernement haïtien et la directrice principale du PNUD à la table de lancement de la conférence internationale sur la protection sociale. © PNUD Haïti

Le Gouvernement Haïtien et la Commission Economique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPALC) ont lancé à Port-au-Prince,  ce mercredi 27 mai,  une conférence internationale autour du thème : « La protection sociale en Haïti, vers l’élaboration d’une nouvelle politique? » avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Cette conférence vise à offrir un espace de diffusion, de sensibilisation et de discussion pour positionner la problématique de la protection sociale en Haïti dans toute son ampleur en tenant compte des pratiques institutionnelles du pays et de la lumière d’autres expériences dans la région.

Du 27 au 29 mai 2015, les secteurs privé, public, société civile, experts internationaux et la communauté internationale discuteront avec sérénité de la nécessité d’une nouvelle politique sociale inclusive, cohérente tenant compte des réalités d’existence de la population haïtienne dans toute sa complexité. Cette politique sociale devra répondre aux défis de la pauvreté, des inégalités, de l’exclusion sociale.

Le titulaire du Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST), Victor Benoit s’est réjoui  de la tenue de ce grand événement qui devra jeter les bases d’une nouvelle politique sociale qui touchera les personnes sans revenus ainsi que les classes laborieuses.

« La mise en place de cette politique sociale est capitale et elle doit exprimer l’être haïtien dans son authentique splendeur de solidarité tout en encadrant les programmes sociaux existant afin qu’ils répondent à une vision d’ensemble » a soutenu le ministre Benoit.

Il a par ailleurs souligné qu’avec une politique sociale cohérente et basée sur la justice sociale,  Haïti gagnera sans doute le pari sur la pauvreté extrême et que cette conférence devra aboutir à un nouveau consensus sur le droit de tout individu de vivre dans la dignité.

Participant à la cérémonie de lancement de la conférence, la Ministre de la santé publique et de la population (MSPP) a plaidé, de son côté, pour une politique sociale mettant l’accent sur l’accès à des soins de santé de qualité. Car, le problème de santé touche directement la normalisation de la vie quotidienne et notre futur à tous.

« La santé est un bien primordial et un prérequis essentiel à tout autre bien. Il ne saurait avoir de justice sociale sans un accès inclusif de tous à la santé. Il nous faut agir sans attendre pour un système de santé solidaire et égalitaire» a-t-elle conclu.

La Directrice de la Division du Département Sociale de  la CPALC, Lais Abramo, a pour sa part plaidé pour une politique de protection sociale basée sur les droits de l’homme tout en donnant l’assurance que CEPALC continuera d’appuyer Haïti dans sa démarche d’élaboration de sa nouvelle politique sociale en considérant les multiples expériences faites en Amérique Latine et autres régions du monde.

Le Premier ministre haïtien, Evans Paul  a dans son intervention,  placé de grands espoirs dans cette conférence internationale qui doit également prendre comme axe de travail « l’inclusion sociale » tout en insistant sur le fait que la politique sociale reste un devoir de l’Etat.

« Il est temps que l’Etat Haïtien pause sans ambages la question de la protection sociale en Haïti en vue d’apporter des réponses soutenables et durables à toute la population ».

La Directrice du PNUD, Sophie de Caen a fait la promotion du bon équilibre à atteindre entre les politiques de stimulation d’une croissance économique positive, de promotion de l’emploi afin de diminuer la pauvreté, et le développement et le renforcement du système de protection sociale permettant de protéger les individus restés pauvres malgré la croissance.

« Sans croissance économique, il est impossible de maintenir le plancher de protection sociale. Et sans protection sociale, les personnes les plus vulnérables ne peuvent pas sortir de la pauvreté extrême » a-t-elle précisé.

Une politique de protection sociale est un levier stratégique pour un développement social réel en Haïti. Elle nécessite durabilité politique, économique, technique et sociale. La CPALC et le PNUD continueront à accompagner l’Etat Haïtien dans la définition de sa politique sociale inclusive et cohérente qui facilitera la protection des  plus vulnérables et engager Haïti sur la voie nécessaire du développement durable.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe