Haïti et la République dominicaine main dans la main pour l’environnement

05 juin 2013

imageDes écoliers des deux côtés de la frontière ont symboliquement échangé les drapeaux haïtien et dominicain pour marquer la collaboration entre les deux gouvernements à l’occasion de la journée internationale de l’environnement.

Les deux Présidents des républiques de l’île Hispaniola, Michel Joseph Martelly et son homologue dominicain Danilo Medina, se sont retrouvés sur la frontière à Ouanaminthe ce mercredi 5 juin pour célébrer ensemble la journée mondiale de l’environnement. L’occasion pour les chefs d’État de lancer la campagne de reboisement de l’île et de réaffirmer leur appui au programme Frontière verte.

La zone frontalière haïtiano-dominicaine (380 km) est celle où les contacts entre les deux populations sont les plus nombreux et représente la plus grande opportunité de renforcer les relations entre les deux pays. En matière d’environnement, cela signifie beaucoup.

« Ce n’est pas un hasard si nous sommes réunis aujourd’hui à la frontière. Ouanaminthe dispose du plus grand centre de plantules du pays et c’est ici que sont engagés en 2011 les deux gouvernements de l’île et leurs partenaires à lutter contre la déforestation», s’est réjoui le Ministre haïtien de l’environnement, Jean-François Thomas, en inauguration de la cérémonie, en présence notamment de la Directrice principale du PNUD, Sophie de Caen.

Le 16 mai 2011, les deux ministères de l’environnement de la République dominicaine et d’Haïti, ainsi que le Secrétariat du ministère norvégien des Affaires étrangères avaient ainsi signé la Déclaration d’intention de Ouanaminthe pour la coopération triangulaire entre Haïti, la République dominicaine et la Norvège afin d’appuyer le programme Frontière verte. Ce programme, rendu possible grâce à l’assistance technique du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et du Programme alimentaire mondial (PAM), prévoit notamment de revégétaliser la frontière et d’y gérer plus efficacement les ressources naturelles.

« Le Gouvernement et ses partenaires poursuivent un grand programme de reforestation à travers tout le pays.  Depuis le 1er janvier 2013, 400 000 plantules ont déjà été plantées et nous allons continuer pour que d’ici à trois ans, on soit passé de 2 à 4% de couverture forestière en Haïti. Je suis fier de lancer la première campagne nationale de reboisement depuis trente ans en Haïti et je déclare officiellement qu’elle se poursuivra jusqu’à la fin de mon mandat » s’est engagé le Président haïtien Michel Martelly, félicitant au passage la bonne collaboration avec son homologue dominicain et ses partenaires de la communauté internationale, dont le PNUD.

De son côté, le Président dominicain Danilo Medina s’est dit prêt à tout mettre en œuvre pour continuer à protéger l’environnement et à renforcer les relations avec ses « frères » haïtiens.

« Notre île est constituée d’un seul écosystème inséparable. La vie n’a pas de frontière et ce qui affecte l’environnement nous affecte tous. Nous devons donc travailler ensemble pour protéger notre environnement afin de le préserver pour les générations futures » a déclaré Danilo Medina sous les applaudissements de la population de Ouanaminthe.

Les deux Présidents ont conclu la journée par la mise en terre symbolique de plantules d’acajou  dans le centre de production de Dosmond (Ouanaminthe) avant de visiter les travaux de protection de la ville de Ouanaminthe contre les crues de la Rivière Massacre.

Du Charbon à la reforestation