Le Fonds mondial poursuit son combat contre la tuberculose

28 févr. 2013

Brightcove service is not available

Une délégation du Fonds mondial, conduite par le gestionnaire du portefeuille pour Haïti, José Gabriel Castillo, était en visite dans deux cliniques spécialisées dans la lutte contre la tuberculose et le VIH, ce 26 février à Port-au-Prince. Satisfait des projets financés, Monsieur Castillo estime qu’il est du devoir moral de poursuivre l’engagement du Fonds mondial auprès du gouvernement haïtien pour lutter durablement contre la tuberculose.

Autour de la table ce matin dans la petite clinique de l’organisation « International Child Care » (ICC) située dans le quartier de Delmas 83 à Port-au-Prince, le docteur Josette Bijou,  directrice de l’hôpital, explique à José Castillo le travail réalisé grâce au soutien du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et sa subvention du Fonds mondial qui appuient la clinique depuis 2011 dans quatre départements du pays au Nord, à l’Ouest, au Sud et au Sud-Est.

«  Nous aidons le Ministère de la santé publique et de la population (MSPP) dans le recensement des malades tuberculeux mais également dans la sensibilisation de la population haïtienne depuis 1967. Dernièrement,  de juin 2011 à juin 2012, nous avons sensibilisés plus de 200 000 personnes grâce à des réunions avec les communautés et plus de 10 000 test de dépistages ont été délivrés, dont près de 2 000 concernant des enfants de moins de 5 ans», détaille le docteur Bijou.

En 2012, le PNUD et ses partenaires ont contribué à la guérison de 70% des patients tuberculeux ce qui représente une hausse de 13% par rapport aux résultats atteints en 2011.  Malgré le recul de la maladie, Monsieur Castillo reste vigilant : « la tuberculose est une maladie opportuniste qui touche les plus faibles. On nous l’a bien exposé ce matin, les subventions extérieures diminuent pour des raisons diverses. Mais on doit avoir une vision à long terme pour lutter efficacement, le Fonds mondial continue donc de soutenir dans la mesure du possible le Gouvernement haïtien dans cette lutte. »

Sortir de l’urgence

Quelques heures plus tard dans le quartier de Carrefour Feuilles, la délégation rend visite au personnel du Sanatorium de Port-au-Prince. « Le Sanatorium était jusqu’à 2010 le plus grand hôpital de Port-au-Prince. Mais le séisme a détruit les infrastructures et l’hôpital a été pillé. Depuis, nous devons faire face à l’urgence quotidienne ; l’urgence de reconstruire et de se fournir en matériel médical. Certains besoins basiques comme l’approvisionnement en eau potable et en électricité ne sont pas encore rencontrés efficacement mais nous y arriverons grâce à la persévérance » positive la charismatique directrice de l’hôpital, le docteur Jocelyne Dorlette.

Pour ne rien arranger, le Sanatorium a également été victime d’un feu de Bengale au 31 décembre dernier qui a anéanti son stock en matériel et en médicaments. « On ne sort pas indemnes de visites comme celles-ci. C’est exactement pour cette raison qu’on doit se rendre sur le terrain pour voir de nos propres yeux ce qu’on ne peut pas voir depuis notre bureau de Genève. Nous allons réhabiliter le laboratoire de l’hôpital et voir comment nous pouvons ajuster notre aide aux besoins du Sanatorium », explique Monsieur Castillo en conclusion de sa visite.

Parallèlement à ces efforts dans la lutte contre la Tuberculose, le programme du Fonds mondial, à travers le PNUD, a fourni un traitement à près de 43 000 patients séropositifs et réalisé plus de 255 000 tests de dépistage du VIH/sida et séances de conseil. En terme de prévention, près de 18 millions de préservatifs ont été distribués, 15 000 jeunes de 10 à 24 ans ont été sensibilisés au VIH/sida et 3126 travailleuses du sexe ont suivi des séances d’information et de prévention.

L’enveloppe annuelle du Fonds mondial pour Haïti représente 28 millions de dollars américains dont 60% sont dédiés à la lutte contre le VIH/sida et 15% à la lutte contre la tuberculose et le reste pour la malaria. Haïti commémorera le 22 mars prochain la deuxième édition la campagne «Plus de tuberculose de mon vivant», en prélude du lancement de la Journée mondiale de la tuberculose le 28 mars.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe