Ensemble, une délégation du Fonds mondial et de PEPFAR visite leurs projets en Haïti

05 juil. 2012

imageMark Eldon-Edington, directeur de la Division de Gestion des Subventions du Fonds mondial, Eric Goosby, ambassadeur du Plan présidentiel américain d'aide d'urgence à la lutte contre le sida (PEPFAR) et Jose Gabriel Castillo, gestionnaire du portefeuille du Fonds mondial pour Haïti lors de la visite de l’hôpital universitaire de l’Etat d’Haïti à Port-au-Prince.

Les 27 et 28 juin derniers, Haïti a reçu la visite d’une délégation de haut niveau conduite par Mark Eldon-Edington, directeur de la Division de Gestion des Subventions du Fonds mondial, Jose Gabriel Castillo, gestionnaire du portefeuille du Fonds mondial pour Haïti et l'ambassadeur Eric Goosby du Plan présidentiel américain d'aide d'urgence à la lutte contre le sida (PEPFAR). Leur visite a été l’occasion de renouveler leur engagement aux côté du gouvernement haïtien dans la lutte contre le VIH/SIDA, la Tuberculose et la Malaria dans le pays.

Je suis vraiment content de constater une telle amélioration de la performance des programmes en Haïti », a affirmé Mark Eldon-Edington à l’issue de sa rencontre avec le groupe de coordination pays (CCM), présidé par la première dame de la République, Sophia Martelly. «  La responsabilité du développement et du bon fonctionnement des projets sont entre les mains de personnes très engagées dans la lutte contre les trois maladies ».

En 2011, le PNUD et ses partenaires ont contribué à la guérison de 60% des patients tuberculeux dont le nombre s’élevait à 33 000 en 2011. Le taux d’incidence de la Tuberculose en Haïti est le plus élevé de l’Amérique latine et des Caraïbes.

Parallèlement à ces efforts, le programme appuyé par le PNUD a fourni un traitement à 33 274 patients séropositifs et réalisé plus de 263 000 tests de dépistage du VIH/sida et séances de conseil. En terme de prévention, près de 12 millions de préservatifs ont été distribués, 15 000 jeunes de 10 à 24 ans ont été sensibilisés au VIH/sida et 2711 travailleuses de sexe ont suivi des séances d’information et de prévention.

« On va vers les communautés voir les travailleuses de sexes, et les travailleuses de sexes viennent également au centre. On offre des activités de sensibilisation dans les cabarets, on fait des tests de dépistage, les médicaments sont gratuits », explique Olnise Caneus, infirmière en chef de la Fondation pour la santé reproductrice et l’éducation familiale (FOSREF).

La délégation a également participé à une distribution de moustiquaires par PSI à Cabaret et ont échangé avec les médecins et les patients de la section de prévention de la transmission du VIH de mère à enfants à l’hôpital général de Port-au-Prince.

Ils ont poursuivi leur visite au Groupe Haïtien d'Etude du Sarcome de Kaposi et des Infections Opportunistes (GHESKIO), plus important centre de soin du VIH et de la Tuberculose en Haïti et partenaire du PNUD.Plus de 1 200 personnes séropositives ont participé à des consultations au centre GHESKIO en trois mois seulement, de janvier à mars 2012.

La visite s’est terminée avec la rencontre d’un autre partenaire clé dans la lutte de ces maladies, la Foundation Esther Boucicault Stanislas(FEBS).

FEBS oeuvre pour l’amélioration des conditions de vie des personnes vivant avec le VIH/SIDA en leur apportant des soins mais également en luttant à leur côté contre la discrimination et la stigmatisation.

L’organisation a été fondée en 1998 par Esther Bourcicault-Stanislas, première femme qui a publiquement parlé de sa séropositivité en Haïti. Elle est également vice-présidente du comité de coordination multisectoriel (CCM).

Je remplis toutes les conditions pour faire de la sensibilisation dans ce pays Je me donne à mon pays pour sauver des vies. Le SIDA n’est pas une fin en soi, c’est le commencement d’une nouvelle façon de vivre. »

L’appui du PNUD a donné l’opportunité à l’organisation de passer d’activités ponctuelles à des programmes de moyenne et longue durée leur garantissant ainsi une plus grande autonomie et efficacité.

FEBS travaille aussi étroitement avec SEROVIE qui a présenté à la délégation son programme de prévention et d’encadrement pour les minorités sexuelles - personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres et les travailleuses de sexe face à l’épidémie du VIH/SIDA.

La contribution du PNUD se concentre également sur les aspects de suivi de ces maladies et l’assurance de la qualité des services d’accompagnement aux patients. Cet appui aide le gouvernement à maintenir des données fiables et à jour concernant l’évolution du sida et de la tuberculose, permettant ainsi de mettre en place et développer une politique de lutte tout en coordonnant les réponses.

Le Fonds mondial contribue avec 11,5 millions de dollars au traitement de la TB et 54 millions à la lutte contre le VIH/SIDA dans le pays.

Contact PNUD en Haïti
Informations pour les Médias +509 3600 7455 / 3600 1186
communication.ht@undp.org
La délégation du Fonds mondial et de PEPFAR visite leurs projets en Haïti
  • Visite du Fonds mondial
  • Visite du Fonds mondial
  • 1395719
  • Visite Fonds mondial
  • 153543
  • _MG_5829
  • _MG_5825
  • _MG_5821
  • _MG_5815

Voir plus de photosFlickr

Le SIDA et la Tuberculose en Haiti - UNE LUTTE QUOTIDIENNE

10 millions de préservatifs distribués, 60% des patients tuberculeux guéris. Le PNUD et ses 20 sous- récipiendaires interviennent dans le cadre du programme du Fonds mondial dans la lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme en Haiti.


Plus