La Direction de la Protection civile teste les mécanismes d’évacuation et de réponse en milieu scolaire

26 avr. 2012

imageLa Direction de la Protection civile teste les mécanismes d’évacuation et de réponse en milieu scolaire


Comment gérer un désastre dans une école ? Est-ce que les écoles détiennent les capacités et les dispositifs adéquats pour répondre à une urgence ? C’est l’objectif du premier exercice de simulation pour l’année 2012.

Haïiti/Port-au-Prince, le 25 avril 2012 - 10h03, vendredi 20 avril 2012, l’alarme de l’école Catts Pressoir de Port-au-Prince sonne. En moins de 3 minutes, 550 élèves sont évacués. Mais 10 élèves sont coincés sous les décombres. Le directeur de l’école prévient immédiatement les services d’urgence. La chaîne de communication se déclenche, les differents secteurs concernés sont avertis et le centre d’opérations d’urgences communal (COUC) est activé.

C’est le début d’un exercice qui simule l’explosion d’une bonbonne de gaz initié par le Département de l’Ouest et organisé par la Direction de la Protection Civile (DPC) et la communauté internationale dans le cadre du renforcement du Système national pour la gestion des risques et des désastres (SNGRD). 

Le but de l’exercice est de tester les mécanismes de réponse du collège et des autorités locales tels que le regroupement, l’alerte et la mobilisation des secours, le traitement et l’évacuation des blessés, l’évaluation des dégâts et la coordination entre les différents intervenants et partenaires de la DPC. Cet exercice est également l’occasion d’inviter l’ensemble des écoles du pays et le Ministère à développer des plans d’évacuation pour chaque établissement scolaire.

Le scénario a été conceptualisé conjointement par le Délégué départemental et la Coordonatrice de l’Ouest, la Mairie de Port-au-Prince, la DPC, le Programme Européen de renforcement du système national de gestion des risques et désastres (PERSNGRD), la Croix-Rouge haïtienne, le Programme d’appui au SNGRD (PASNGRD) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Programme d’urgence de gestion des risques et désastres (PUGRD) de la Banque mondiale, l’office d'aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) et le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Plus de six rencontres de planification et deux mois de préparation ont abouti à la mise en œuvre de l’exercice.

Les élèves jouant les victimes dans les décombres des salles de classes portent chacun une étiquette qui indique le traumatisme dont ils souffrent afin que les secouristes leurs donnent les soins adaptés. Les ambulances de la Croix-Rouge haïtienne arrivent, suivies des pompiers. La police facilite le bon déroulement de l’exercice en réglant la circulation à la sortie de l’école. Les victimes reçoivent les premiers soins d’urgence et sont sorties une à une des décombres. Une tente pour accueillir les victimes et administrer les premier soins est mise en place sur le parking en face de l’école d’où le transfert des blessés en ambulance est organisé.

Une heure après l’explosion, une quinzaine d’élèves du lycée jouant le rôle de parents et de proches simulent un mouvement de panique vers le lieu du désastre à la suite de l’annonce radio de l’incident. Ils tentent de passer le périmètre de sécurité pour chercher leurs proches dans les décombres et crient de panique. La scène est poignante, certains se prennent  au jeu et pleurent réellement. Une élève témoigne à la fin de l’exercice : «  C’est comme ci je vivais l’événement. La Croix-Rouge s’est occupée de moi parce que j’étais incontrôlable ».

Tout l’exercice a été suivi de près par une équipe d’observateurs et d’évaluateurs ayant pour rôle de noter les points forts et les points faibles. Par la suite, les résultats seront compilés et les leçons apprises et recommandations seront partagées avec tous les partenaires. Ce processus servira de modèle aux autres écoles pour favoriser le développement de leur propre plan d’évacuation.

Cet exercice était le premier d’une série d’exercices de simulation planifiés pour l’année 2012 afin de tester les capacités nationales, départementales et communales pour répondre aux désastres tels que les inondations, séismes, glissements de terrains, cyclones ou tsunamis. A travers le PASNGRD, le PNUD soutient la DPC pour mettre à jour le plan de contingence et mettre en œuvre des exercices de simulation dans le cadre de la préparation à la saison cyclonique 2012. Entre autres, un exercice national de simulation d’ouragan aura lieu en juin-juillet 2012 et le premier exercice de simulation séisme/tsunami se tiendra dans le nord du pays en octobre 2012.

En moins de 3 minutes, 550 élèves ont été évacués.L'exercice de simulation a impliqué différents acteurs dans la réponse aux urgences dont la Croix-Rouge haitienne et les pompiers.L'exercice de simulation a mis en scène 10 élèves qui sont coincés sous les décombres.En moins de 3 minutes, 550 élèves ont été évacués.
Exercice de simulation d'une explosion dans une école
  • Exercice de simulation en milieu scolaire
  • Exercice de simulation en milieu scolaire
  • Exercice de simulation en milieu scolaire
  • Exercice de simulation en milieu scolaire
  • Exercice de simulation en milieu scolaire
  • Exercice de simulation en milieu scolaire
  • Exercice de simulation en milieu scolaire
  • Exercice de simulation en milieu scolaire
  • Exercice de simulation en milieu scolaire

Voir plus de photos surFlickr