La population participe directement dans le relèvement en Haïti

10 janv. 2010

Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a commencé à employer près de 400 Haïtiens dans le cadre de son programme travail contre rémunération pour stimuler l’économie locale et accélérer la livraison d’une aide humanitaire tant attendue. D’ici la fin de la semaine, le programme sera élargi pour englober 700 personnes supplémentaires qui travailleront à dégager les débris et à rétablir l’infrastructure sociale de base, comme les réparations des rues et des réseaux électriques.

« Le temps est essentiel pour assurer le relèvement rapide au lendemain d’un grand désastre », a déclaré l’Administratrice du PNUD Helen Clark à son retour d’Haïti. « On a besoin du soutien des donateurs pour aider les gens à retourner au travail sans attendre. Cela permettra d’accélérer le relèvement rapide et d’ouvrir la voie aux travaux de reconstruction à plus long terme le jour où ils démarrent ».

Helen Clark faisait allusion à l’Appel éclair du PNUD qui demande 35,6 millions de dollars pour financer ses activités visant à aider les Haïtiens à se remettre du tremblement de terre. L’Appel du PNUD fait partie de l’Appel éclair de près de 600 millions de dollars lancé le 15 janvier par l’ONU. En tant que coordonnateur de l’équipe de relèvement rapide de l’ONU, le PNUD travaille également avec le Gouvernement haïtien et autres partenaires à mesurer l’ampleur des dégâts et des besoins, à formuler des plans pour la reconstruction, et à prévoir ses interventions immédiates.

« Outre les programmes travail contre rémunération, le PNUD concentre ses efforts sur le rétablissement des capacités  du gouvernement », a précisé Helen Clark. « Mais la tâche de reconstruire une capitale ravagée, avec une population de cette taille, est énorme. Ce n’est ni un tâche à court ni à moyen terme ».

La première phase du programme travail contre rémunération sera lancée au Carrefour-Feuilles, un quartier au sud de Port-de Prince. Des programmes analogues démarreront prochainement dans d’autres endroits frappés par le tremblement de terre, notamment Léogane et Jacmel. Une fois lancé à fond, le programme emploiera 220 000 personnes, faisant profiter indirectement un million d’Haïtiens environ.

« Les Haïtiens devraient être les principaux acteurs du processus de relèvement », a affirmé Eric Overvest, le directeur de pays en Haïti. « En offrant du travail, nous allons certainement contribuer au retour à une vie normale, où les gens disposeront d’un revenu indépendant leur permettant d’acheter des vivres et d’autres produits de base ».

Tout aussi important peut-être, le programme travail contre rémunération permettra de rétablir « l’autosuffisance et la dignité des populations qui sont touchées », a ajouté Eric Overvest.

Les programmes travail contre rémunération précédents en Haïti ont préparé le terrain aux activités présentes. Au lendemain des cyclones de 2008 qui ont tué 800 personnes et laissé 165 000 familles sans abri, le PNUD a participé aux travaux de reconstruction en étroite collaboration avec le gouvernement, concentrant ses efforts sur les programmes travail contre rémunération et la réhabilitation des bassins versants.

Le programme travail contre rémunération lancé mardi s’inspire du Projet Briquettes du PNUD, programme travail contre rémunération visant à lutter contre le changement climatique et pour la réduction de la pauvreté. Pour accélérer le processus de dégagement des débris, le PNUD a utilisé, comme une première mesure, les ressources et le personnel qui servait auparavant le Projet Briquettes. Le PNUD va embaucher 700 personnes supplémentaires d’ici la fin de la semaine.