Pour réutiliser les débris du tremblement de terre et reconstruire nos quartiers.

Gera Donez

Gera, une jeune femme enceinte,  se montre soulagée après la réhabilitation du corridor qui conduit à sa résidence perchée au milieu des milliers de maisonnettes dans les hauteurs de Carrefour-Feuilles à Port-au-Prince. Habitant ce quartier depuis 10 ans, Gera éprouvait auparavant de sérieuses difficultés pour se déplacer dans le quartier, notamment pour se rendre à l’hôpital. « C’était impraticable, surtout pour les femmes enceintes. La réhabilitation de ce corridor a beaucoup amélioré notre mode de vie. Quand il pleut, les écoliers peuvent désormais se rendre à l’école sans salir leurs chaussures, et ce changement crée des divertissements pour les enfants qui peuvent par exemple jouer au foot », confie-t-elle au côté de sa fillette et de son mari.

Relèvement et réduction de la pauvreté

  • Plus de 80% des 10 millions de mètres cube de décombres du tremblement de terre ont été dégagés des rues grâce à des initiatives haïtiennes avec l’appui de la communauté internationale. Le projet conjoint de l’ONU pour la gestion des débris a contribué à l’enlèvement d’un million de mètres cube. Ce programme a permis à plus de 20 000 personnes, dont près de 40% de femmes, de trouver des emplois temporaires.
  • Grâce aux centres communautaires du PNUD, plus de 1 000 familles ont reçu un appui financier de 500 dollars américains pour la réparation de leurs maisons - à travers le tout premier mécanisme de transfert d’argent par téléphonie mobile pour des projets de reconstruction. Près de 7 000 personnes ont directement été formées sur des thèmes pratiques relatifs à la réparation et la construction des maisons.
  • Près de 400 000 emplois temporaires ont été créés dans l’objectif immédiat de relancer l’économie après le tremblement de terre. Trois ans plus tard, le PNUD développe, aux côtés du gouvernement, un projet qui vise à initier la modélisation d’une stratégie de création d’emplois adaptée aux situations spécifiques des zones urbaines et rurales tout en participant au développement durable.

Mis à part la réhabilitation de cinq corridors, un projet pilote pour la construction des maisons parasismiques et paracycloniques, en utilisant les débris du séisme, a été réalisé à Carrefour-Feuilles. Plus de 20% de ces débris sont aussi recyclés pour fabriquer des tuiles, des escaliers et des adoquins.  Jusqu’ici, 80% des 10 millions de mètres cube de décombres du tremblement de terre ont été dégagés des rues grâce à des initiatives haïtiennes avec l’appui de la communauté internationale. Le projet conjoint de l’ONU pour la gestion des débris a contribué à l’enlèvement d’un million de mètres cube. Ce programme a permis à plus de 20 000 personnes, dont près de 40% de femmes, de trouver des emplois temporaires.

De plus, pour permettre aux familles de prendre elles-mêmes en charge la réparation et la reconstruction de leurs maisons, le PNUD a mis sur pied des centres communautaires d’appui pour le renforcement des maisons endommagées dans quatre quartiers de la capitale haïtienne et de Léogâne, où 30 000 personnes en bénéficient. Plus de 1 000 familles ont reçu un appui financier de 500 dollars américains pour la réparation de leurs maisons - à travers le tout premier mécanisme de transfert d’argent par téléphonie mobile pour des projets de reconstruction. Près de 7 000 personnes ont directement été formées sur des thèmes pratiques relatifs à la réparation et la construction des maisons ainsi que sur la planification urbaine et le régime foncier haïtien.

Parallèlement, à travers le projet 16/6 du gouvernement, supporté par le PNUD et d’autres partenaires, six camps de déplacés ont été fermés et plus de 11 000 familles ont pu retourner dans leurs 16 quartiers d’origine. Au total, 50 camps ont été fermés dont le plus grand sur le Champ de Mars à côté du palais présidentiel, et plus de 11 000 familles ont pu quitter l’enfer des tentes pour vivre une nouvelle vie. Le cœur du projet est d’accompagner le retour en toute sécurité des familles déplacées par une approche intégrée et participative en se concentrant sur la réhabilitation des quartiers sinistrés, la création d’activités génératrices de revenus, l’amélioration de services de base et l’appui à des petites et moyennes entreprises.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe