Nos histoires

  • Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre dévastateur frappait Haïti. Plus de 200 000 personnes ont perdu la vie et 1 500 000 ont été déplacées lors de ce séisme d’une magnitude de 7,0 qui a également détruit 300 000 bâtiments.

  • Cinq ans après le séisme, l’une des grandes priorités du Gouvernement Haïtien demeure la création d’emplois décents et inclusifs. En effet, selon le dernier rapport national sur les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), 44,9 % des travailleurs haïtiens vivent avec moins de 1,25 dollar par jour.

  • Ceinor Monex, 51 ans, est agriculteur à Fort Liberté depuis l’âge de 16 ans. Sa denrée phare, l’arachide a été sélectionnée comme produit emblématique du département du Nord-Est. Sa fierté par rapport à cette sélection égale celle de millions de producteurs qui voient dans le projet de valorisation des chaînes de valeurs des produits typiques locaux un véritable fer de lance de l’économie nationale.

  • Avant de recevoir la subvention du projet CARMEN, je n’avais engagé aucune réparation dans la maison. Pour des raisons de sécurité, nous avions été obligés de nous installer pendant trois ans sous une tente dans un camp de 205 familles à Villa Manraise», confie pensif, Lariveau Widlin entouré des huit membres de sa famille.

  • Ninite Eltêbe, voilà une dame qui mérite une tribune en ce 8 mars, journée internationale de la femme. Cette Haïtienne de 56 ans pleine de ressources, a perdu son entreprise lors du tremblement de terre meurtrier de 2010. Trois ans plus tard, elle dirige une coopérative réunissant 25 femmes qui se sont lancées dans l’élevage et la vente de poulets à l’échelle locale.

  • Aujourd’hui, 80% des dix millions de mètres cube de débris générés par le tremblement de terre ont été dégagés des rues. Ce rythme a été beaucoup plus rapide que celui enregistré en 2004 en Indonésie, après le tsunami, ou à New York après les événements du 11 septembre 2001.

  • Gera, une jeune femme enceinte, se montre soulagée après la réhabilitation du corridor qui conduit à sa résidence perchée au milieu des milliers de maisonnettes dans les hauteurs de Carrefour-Feuilles à Port-au-Prince.

  • Glory Joseph commence un nouveau chapitre de sa vie après avoir vécu plus de deux ans dans un camp.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe