« Mare-à-Coiffe, mon paradis vert »

A l’occasion de la journée mondiale de l’environnement le 5 juin dernier, le Ministère de l’environnement (MDE), avec  l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a lancé dans le département du Sud une vaste campagne de reboisement de  5 millions de plantules (forestières et fruitières).

Grâce à une forte implication des citoyens,  Mare-à-Coiffe, cinquième section communale d’Aquin, prend la tête du peloton pour devenir le « Paradis vert du Sud ».

À retenir

  • Objectif de mise en terre de 5 millions de plantules
  • Création de 4 000 emplois partiels
  • 5,000 hectares de versants reboisés

« L’image de Mare-à-Coiffe doit changer. Nous sommes en train d’y créer notre paradis vert » s’exclame Wisner Charles, président de l’Organisation Tête Ensemble de Pitota (OTEP) devant une pépinière diversifiée.

Cinquième section communale d’Aquin, Mare-à-Coiffe abrite une des plus belles pépinières de tout le département du Sud avec environ 358 000 plantules. Les plantules qui y sont cultivées ont été choisies  à partir d’une enquête communautaire où les propriétaires terriens ont exprimé leurs besoins en arbres. Acacia, cèdres, freine, eucalyptus, mapou, moringa, cajou, citrus, entre autres, constituent la flore de la pépinière.

Fils de paysans de la section communale, Wisner Charles a créé l’OTEP suite au constat malheureux de la dégradation de l’environnement de la zone. Autour de l’OTEP, la communauté s’est réunie et s’est donnée pour objectif de reboiser la zone pour en faire un coin vert.

Jeune respecté dans sa communauté, Wisner  reconnait que l’aventure n’a, jusqu’à présent, pas été facile. Mais le MDE a encouragé la volonté et l’engagement de cette communauté pour la promotion et la protection de l’environnement  en leur fournissant un appui pour la mise en place de  cette pépinière.

« Au début, le ministère nous donnait les plantules et on se chargeait de les mettre en terre. Mais face à la réussite de l’initiative, le MDE a décidé de nous engager dès le début du processus. Nous sommes maintenant responsables de créer la pépinière, la gérer et impliquer la communauté dans le reboisement ». déclare fièrement le président de l’OTEP.

 L’implication de la communauté est la clef de la réussite de la mise en place de la pépinière et du processus de reboisement.  Pour gérer la pépinière, le MDE met à la disposition de la communauté un technicien-agronome,  un animateur pour les activités de sensibilisation et un gérant pour le site.

 « La stratégie consiste, aussi, à impliquer les propriétaires terriens. Ces derniers font la requête gratuite de plantules et nous les mettons en terre avec un système de géo référencement en vue d’assurer un bon suivi afin que les arbres arrivent à maturité » insiste-t-il en faisant visiter ce joyau de la section communale.  Depuis le début de l’initiative, la communauté a réussi à sauver 80  sur chaque 100 arbres plantés. Ces résultats ont pu être possibles parce que les habitants sont engagés dans tout le processus du projet soutient Wisner.

L’enquête de base a aussi permis de comprendre eles besoins et attentes de la population. La mise en place effective des pépinières a facilité la création d’emplois dans le remplissage des sachets, l’application d’engrais, le semis, l’arrosage, l’ombrage, la mise en terre de plantules et le suivi.

Louis Néoménie, cultivatrice et mère de neuf enfants, représente bien la volonté de  la population de construire le paradis vert de Mare-à-Coiffe. A l’instar de centaines d’autres, elle  s’est engagée  dans la mise en place de la pépinière. Aujourd’hui, elle  se dit satisfaite de son travail car les mornes commencent à retrouver leur verdure.

Avec près de 358  000 plantules, Mare-à-Coiffe dispose de  la pépinière la plus productive de tout le sud car la communauté est consciente de l’importance des arbres qui leur offrent un revenu et augmentent la valeur économique des terres.

« Nous commençons déjà à sentir la différence après une année de collaboration avec le Ministère de l’environnement. La pépinière contribue à changer les conditions de vie dans la communauté. C’est une nouvelle source de revenus. La pépinière aide les familles à envoyer leurs enfants à l’école en attendant qu’ils bénéficient  du Programme d’éducation scolaire gratuite et obligatoire (PSUGO) » confie Wisner.

Dans quelques  années, Wisner s’imagine déjà habiter dans un paradis vert.  Avec son organisation, Il n’entend aucunement abandonner son projet et sa communauté et appelle la société civile locale, les autorités de l’Etat et la communauté internationale à contribuer à faire de Mare-à-Coiffe le lieu où partira le signal fort d’une Haiti reboisée.

Ce projet  dénommé « Mise en place de pépinière stratégique dans le département du Sud »,  dans lequel s’insère la pépinière de Mare-à-coiffe,  vise à augmenter la couverture végétale et à contribuer à diminuer la vulnérabilité de la population du sud avec 5 000 hectares de terre boisée. Il prévoit de faciliter la stabilisation des sols et la filtration de l’eau en vue de l’alimentation des nappes. Environ 15 000 familles bénéficient de ce projet qui doit mette en terre 80% de plantules forestières et 20% de plantules fruitières.