Elections : aussi pour les personnes handicapées !

Elections : aussi pour les personnes handicapées !
PNUD Haïti

« Elections libres, honnêtes, transparentes et inclusives », cette déclaration est sur toutes les lèvres des autorités nationales, acteurs de partis politiques et partenaires d’Haïti dans le domaine de la bonne gouvernance et de la construction démocratique. Pourtant, la question de l’accessibilité demeure encore peu présente dans les débats alors qu’elle est fondamentale pour la réussite de bonnes et justes élections. Les leaders des structures organisées regroupant des personnes à mobilité réduite engagent le plaidoyer en ce sens avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et la Fondation Internationale pour les Systèmes Électoraux (IFES).

Directeur Exécutif du Centre National de Défense des Démunis et Handicapés (CNDDH), Emmanuel Cossy plaide pour des « Elections libres, honnêtes, transparentes, inclusives mais avant tout accessibles». Car comment demander, se questionne-t-il, à un-non voyant de participer en toute indépendance au processus électoral sans mettre à sa disposition les outils adaptés à sa condition ? Cette réflexion reste valable pour tous les autres types de handicap.

A retenir

  • Pas moins de 10 % de la population haïtienne souffre d’handicap physiques ou mentaux
  • Adapter les bulletins de vote ou les transport pour ces personnes est une nécessité
  • • Les formations BRIDGE (Bâtir des Ressources en Démocratie, Gouvernance et Élections) plaident pour une amélioration de l’accessibilité des personnes handicapées au processus électoral

« Il est injuste de demander à un non-voyant de faire un choix avec les bulletins de vote généralement utilisé lors des joutes électorales précédentes en Haiti. Pourquoi ne pas mettre à leur disposition un bulletin de vote en braille ? Ne serait-ce pas leur faire justice et faire honneur à l’idéal d’inclusion tant prôné autour du processus » se demande le leader du CNDDH.

« Le problème de transport des électeurs à besoins spéciaux le jour du vote n’est pas de moindre intérêt. Un transport  public  adapté vers les bureaux de vote pour les personnes handicapées se révèle une quasi nécessité considérant que près de 10% de la population souffre d’un handicap » argumente-t-il.

La question de l’accessibilité est complexe  selon E. Cossy. Outre le transport adapté, il est aussi important que les bureaux de vote répondent aux conditions de base pour accueillir les personnes à mobilité réduite (handicapés, femmes enceintes, vieillards) selon le chef de file du CNDDH.

« La question de l’accessibilité est une question de justice sociale et de respect des droits humains. Car la société doit faire le nécessaire pour permettre à tous d’avoir les mêmes droits et de pouvoir en jouir à la mesure parfaite de leur humanité et de leur citoyenneté reconnue» soutient Monsieur Cossy.

Bien qu’il existe des avancées depuis la dernière décennie pour la promotion de l’accessibilité, la Secrétairerie d’Etat à l’intégration des personnes handicapées (SEIPH) croit que le chemin à parcourir est encore long. Participant à la première série de formation BRIDGE (Bâtir des Ressources en Démocratie, Gouvernance et Élections) organisée par le PNUD et l’IFES sur l’accessibilité au processus électoral, Madame Guerline DARDIGNAC, Directrice de cabinet de la SEIPH reconnait que le bout du tunnel est encore loin.

« Nous ne sommes pas au terme de notre combat mais nous avons déjà parcouru un long chemin… Aujourd’hui, nous voulons compter sur toute la population comme des alliés, des ambassadeurs et des messagers pour la cause des personnes à besoins spéciaux dans tous les domaines en particuliers dans le cadre des processus électoraux »  a-t-elle insisté.

IFES et le PNUD évaluent  positivement la première série de formation BRIDGE dans la perspective des prochaines joutes électorales en Haiti. Ils entendent continuer à renforcer les institutions haïtiennes en ce qui a trait, entre autres, à l’administration électorale et la participation.

La mise en œuvre de l’initiative « BRIDGE » a pour but de renforcer les capacités professionnelles des institutions haïtiennes et d’assurer un transfert efficace de compétences techniques dans le domaine de l’administration électorale, avec une attention particulière portée sur le respect de l’égalité des sexes et de l’accessibilité comme établi dans la Constitution amendée.