Objectifs

Alt text for image

Le renforcement des capacités des administrations publiques est une des priorités du PNUD. L’objectif est d’augmenter leurs capacités d’exécution et de livraison notamment dans les domaines des reformes judiciaires et administratives, de la reconstruction, du logement et de l’aménagement du territoire.

Il serait utopique de croire au développement durable du pays en dehors du système judiciaire établi sur des bases solides. Dans ce sens, Le PNUD s’est fait la priorité d’encourager pleinement les actions qui concourent à l’établissement de l’Etat de droit haïtien. De nouvelles institutions ont été mises sur pied par le gouvernement pour arriver au développement durable.

Depuis 2012 la réorganisation du Ministère de la justice et de la sécurité publique (MJSP) à travers l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de renforcement de ses capacités – appelé PACTE Justice - pour améliorer sa capacité de conceptualisation et d’élaboration de la politique pénale ainsi que de mise en place et d’évaluation de ses activités.

Cet outil stratégique a aidé le gouvernement au renforcement de l’inspection judiciaire, à la systématisation des actes judiciaires, à la lutte contre la détention préventive prolongée.  Il a aussi contribué à l’amélioration des processus de travail et de communication interne dans le but de mieux servir les justiciables.

En 2013, l’installation du Bureau conjoint PNUD-MINUSTAH en appui au Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince s’est concrétisée avec l’organisation de premières rencontres du Comité de suivi et d’accompagnement de la chaîne pénale dans le but de débattre des facteurs de blocage ou de ralentissement et de prendre les dispositions requises pour les résoudre.

L’équité du genre fait partie des champs d’intervention du PNUD. La tenue du forum « La Femme Haïtienne en politique : Stratégies pour gagner » réunissant plus de 100 femmes issues de différentes mouvances politiques et de la société civile fut l’un des événements majeurs de l’année 2014. Ce forum, organisé par le PNUD, IFES, NDI, ONUFemmes et la Minustah, avec l’appui du Conseil Electoral, a traité des stratégies pour assurer aux femmes une meilleure représentation politique et une plus grande marge de manœuvre dans les prises de décisions.

Cette même année, les cadres du Ministère de la justice et de la sécurité (MJSP) ont évalué le processus de renforcement de capacités du ministère initié en 2012 avec l’appui du PNUD. Huit inspecteurs judiciaires ont bénéficié d’une formation pour l’utilisation d’un nouveau système de gestion de l’information judiciaire. De plus, avec l’appui du PNUD, près de 1000 magistrats/greffiers ont bénéficié de 2012 à date de formation  en matière de violence basées sur le genre, de technique d’enquête et de greffe dispensées par des magistrats ayant reçu une formation de formateurs au sein de l’Ecole de Magistrature.  

Le PNUD et ses partenaires ont poursuivi la mise sur pied du projet de réforme administrative piloté par l’Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH), afin de doter ce dernier de compétences et d’outils-clés pour la mise en œuvre du Programme-cadre de réforme de l’état (PCRE). Cette mise en œuvre se fera sur la base de plans triennaux dont le premier existe déjà – 2012/2015.

En matière de gestion de l’aide externe, suite à la première réunion internationale du Comité d’efficacité de l’aide externe (forum stratégique sur l’aide au développement), le PNUD a participé a l’élaboration du programme conjoint d’efficacité de l’aide, véritable feuille de route pour les partenaires du Cadre de l’Aide Externe au Développement (CAED) qui a vu, en mars 2014, la tenue du premier comité d’efficacité de l’aide externe.

Aujourd’hui les données de l’aide externe sont publiques sur le portail numérique Module de gestion de l’aide externe (MGAE) mis en place par le PNUD. 9,4 milliards de dollar américains d’engagement, 1560 projets et 235 organisations y sont inscrits de manière transparente.

En juin 2014, le PNUD et la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) ont tour à tour paraphé un protocole d’accord pour le renforcement des capacités de la CSC/CA visant à appuyer le développement des mécanismes de contrôle administratif et financier au sein de l’administration publique.

Le PNUD appuie aussi le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) dans l’établissement de capacités en matière de planification urbaine et territoriale. Un processus participatif a été mis en place dans cinq pôles de développement où ont participé des représentants des directions déconcentrées de l’état, de la société civile, et de tous autres secteurs représentatifs. Les résultats de ces ateliers seront intégrés dans cinq esquisses de schémas d’aménagement et dix-huit esquisses de plans d’urbanisme en cours de réalisation qui faciliteront la priorisation des programmes et projets triennaux à financer.

Malgré l’incertitude politique retardant la tenue des élections sénatoriales et locales et les changements récurrents au niveau du Conseil Electoral, le PNUD, en partenariat avec la Fondation Internationale pour les Systèmes Electoraux (IFES), a poursuivi le cycle de formation du programme BRIDGE (Bâtir des Ressources en Démocratie, Gouvernance et Elections). Au cours de l’année 2014, plus de 40 fonctionnaires électoraux ont eu l’opportunité de renforcer leurs connaissances de l’administration électorale et de réfléchir sur des solutions durables pour des élections régulières, libres et transparentes. Dans la transparence, le PNUD reste à la disposition de l’organisme électoral pour la tenue prochaine des joutes électorales.​