Pour qu’Haïti et les Haïtiens soient plus résilients face aux désastres

Marie Alta Jean-Baptiste

Directrice de la Direction de la Protection civile haïtienne (DPC) depuis 2003, Marie Alta Jean-Baptiste, dévouée et responsable, a géré avec le gouvernement, des situations catastrophiques. Les inondations de Mapou et de Fonds-Verrettes, le cyclone Jeanne aux Gonaïves en 2004, les trois cyclones et les inondations de Gonaïves en 2008, le séisme du 12 janvier 2010 dont l’ampleur a été sans précédent, et l’ouragan Sandy en 2012. Le PNUD œuvre aux côtés de la DPC à travers son appui au Système national de gestion des risques de désastres depuis 11 ans.

Réduction des risques de désastres

  • Grâce à 14 exercices de simulations, plus de 9 000 écoliers et 500 enseignants dans le Nord, ont été sensibilisés en 2012 sur le tremblement de terre et le tsunami. Près de 300 étudiants universitaires ont été sensibilisés sur la prévention des risques sismiques en milieu urbain et 200 jeunes formés sur le secourisme. Une méthodologie de prévention des risques a été développée en milieu urbain et une analyse cartographique complète a déjà été réalisée dans huit quartiers à risques de Port-au-Prince.
  • Pour réduire les risques et mieux gérer les désastres tels que l’ouragan Sandy fin 2012, le PNUD fourni depuis 11 ans un appui technique au quotidien à la Direction de la protection civile en matière de coordination des réponses aux urgences.

Pour réduire les risques et mieux gérer les désastres, le PNUD a fourni un appui technique au quotidien à la DPC qui remplit l’attribution du Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales en matière de coordination des réponses aux urgences.

L’accompagnement technique et opérationnel par le PNUD dans le travail critique d’installations de systèmes de surveillance et d’alerte précoce hydrogéologique et sismique ainsi que de structures fortes de coordination décentralisées au niveau départemental et communal a permis aux Haïtiennes et Haïtiens de mieux se préparer et répondre aux impacts des désastres, particulièrement lors du passage en 2012 de la tempête Isaac et de l’ouragan Sandy sur le pays.

Les équipes départementales de la DPC soutenues par le PNUD ont assuré la dissémination de messages d’alerte et de préventions aux populations des zones à risque et coordonné les actions de réponse comme la distribution de plats chauds, de kits d’hygiène, de cuisine et de nettoyage, de kits alimentaires, de couvertures et de matelas.

Parallèlement, le PNUD se concentre sur des actions de mitigation des risques à long terme, sans quoi le développement durable du pays ne peut se faire.  Entre autres, le PNUD soutien le gouvernement dans le développement d’un cadre légal pour l’intégration de la gestion des risques et des désastres dans tous les secteurs, notamment dans la planification urbaine afin de renforcer la résilience du pays et faire en sorte que les aléas naturels qui touchent régulièrement Haïti ne se transforment pas systématiquement en désastres.

Dans ce contexte, le PNUD a développé cette année une méthodologie de prévention des risques en milieu urbain.  Deux étapes importantes ont été proposées aux autorités : identifier les risques à travers une cartographie de la zone cible qui classifie le niveau de risque ; identifier les règles à suivre à l’issue de l’analyse pour mettre en œuvre la réduction des risques en zones urbaines. Une analyse cartographique complète a déjà été réalisée dans huit quartiers à risques de Port-au-Prince.

Au sein des communautés clés, grâce notamment à des exercices de simulations, plus de 9 000 écoliers et 500 enseignants dans le Nord, ont été sensibilisés en 2012 sur le tremblement de terre et le tsunami. Près de 300 étudiants universitaires ont été également sensibilisés sur la prévention des risques sismiques en milieu urbain et 200 jeunes formés sur le secourisme.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe