La protection civile aborde la saison cyclonique mieux renforcée, mais vigilante



Haiti - Port-au-Prince - 01 Juin 2012, 
Les acteurs de la protection civile haïtienne ont présenté, le vendredi 1er juin 2012, au Centre national d’opérations d’urgence à Delmas, un bilan détaillé des actions entreprises en Haïti pour mieux aider la population à faire face à la saison des cyclones, qui débute officiellement le même jour dans l’océan Atlantique.

Avec une prévision approximative de 16 cyclones nommés (10 tempêtes, 4 ouragans et 2 ouragans majeurs), les experts de l’Université de Colorado aux Etats-Unis, ont annoncé une saison cyclonique moins active par rapport à la moyenne des trente dernières années dans la Caraïbe. « Que la saison soit active ou pas, la population doit redoubler de vigilance », a cependant conseillé le Directeur du Centre national de météorologie, M. Ronald Semelfort, rappelant que, « pendant les cent dernières années, les cyclones majeurs ont surtout frappé la région pendant des saisons peu actives ».

 

Les institutions haïtiennes l’ont compris, d’autant plus que la « vulnérabilité accrue » du pays a été mise à nu par les dernières pluies du mois d’avril. Le 1er juin a ainsi marqué « pour le Gouvernement haïtien et les divers acteurs du Système national de gestion des risques et des désastres, le début de six mois de mobilisation redoublée, continue et dédiée surtout à sauver des vies humaines », a précisé le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, M. Thierry Mayard-Paul.

 

 « Notre Système national de gestion des risques et désastres aborde la saison cyclonique 2012 mieux renforcé par rapport aux années précédentes », a ponctué M. Thierry Mayard-Paul. Ce renforcement, a-t-il précisé, est le fruit des efforts « sans pareil » du Gouvernement haïtien et de ses partenaires internationaux, mais aussi du dévouement et de l’engagement des structures de protection civile à l’échelle nationale.

 

Le Système a notamment mis en place 18 capteurs météorologiques ainsi que 38 systèmes d’alerte précoce qui consistent en des détecteurs installés au niveau des rivières et dont l’alarme se déclenche lorsque l’eau atteint un certain niveau. Aujourd’hui, 31 communes à haut risque d’inondations disposent d’un plan d’alerte et d’évacuation. Par ailleurs, plus de 3000 volontaires sont formés à l’utilisation des dispositifs d’intervention et de premiers secours installés au niveau des communes. A date, 965 abris sont identifiés et 300 déjà vérifiés. Le Direction de la Protection civile a également déployé 32 petits bateaux dans les communes les plus vulnérables, avec l’aide du Programme Alimentaire mondiale, de l’Union européenne et de l’US SouthCom.

 

Pour sa part, le Programme d’appui au Système national de gestion des risques et des désastres (PASNGRD) du PNUD continue de contribuer à ce renforcement. « En collaboration avec le Programme d’appui au renforcement de la gestion publique et le Gouvernement canadien, le PNUD a appuyé, par exemple, la formation d’un groupe de 13 formateurs en communication gouvernementale d’urgence, qui sont aujourd’hui en mesure de répliquer la formation à travers le pays. Les délégués départementaux ont également reçu un entraînement en la matière afin d’assurer une homogénéisation des capacités au niveau central et départemental », a souligné Fenella Frost, chef du programme de réduction des risques de désastres du PNUD.

 

Le PASNGRD poursuit la dynamisation du réseau de journalistes pour la gestion des risques et désastres, fort de plus de 250 membres et couvrant l’ensemble du pays. Il appuie financièrement et techniquement la mise en œuvre d’un riche programme d’exercices de tables et de simulation de catastrophes naturelles afin que les structures de protection civile soient mieux entraînées à faire face aux urgences. Avec d’autres partenaires, il réalise actuellement la campagne nationale de sensibilisation qui vise à augmenter de 20% le niveau de connaissance de la population sur les risques majeurs et les comportements à adopter pour y faire face.

 

Le Système national de gestion des risques et des désastres a organisé une conférence pour annoncer le début de la saison cyclonique, au Centre d’opérations d’urgence national. Thierry Mayard-Paul, Ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Johan Peleman, Coordonnateur humanitaire a.i, et Carlo Defilippi, Chef de la Délégation de l’Union Européenne en Haïti, ont pris la parole à cette occasion .  Cette rencontre a également été l’opportunité de signer le protocole de transfert de propriété de tous les matériels du PER-SNGRD à l’Etat Haïtien