De l’eau à la lumière: Micro hydroélectricité en Haïti, son importance, sa potentialité

20 déc. 2016

Visite d'une centrale Micro-hydroélectricité en République Dominicaine Visite d'une centrale Micro-hydroélectricité en République Dominicaine.

Située à environ 13 Km de Capotille dans le Nord-Est d’Haiti, la communauté de Magazen utilise une source d’eau pour produire 11 KW d’électricité alimentant 74 familles.

En dépit des différences linguistiques, culturelles et territoriales, deux communautés haïtienne et dominicaine voisines, ont collaboré pour installer cette petite centrale hydroélectrique avec l’appui des programmes de micro-financements du Fonds pour l'Environnement Mondial mis en œuvre par le PNUD dans les deux pays de l'île et la Inter-American Foundation (IAF).

Alors que cette réalisation voit le jour en Haiti, le monde se trouve à un carrefour critique pour gérer le défi de devoir revoir son modèle de développement énergétique qui génère trop d'émissions de gaz à effet de serre. Le recours aux combustibles fossiles en quelque lieu que ce soit sur la terre, accentue l'exposition des pays en voie de développement aux aléas météorologiques extrêmes (sécheresses, inondations ou cyclones). Aussi, admettant le besoin d'adopter des modèles alternatifs de développement énergétique, les Nations Unies ont convenu, en septembre 2015, au point 7 des Objectifs de Développement Durable (ODD) de promouvoir l’accès généralisé à des services énergétiques fiables, durables et modernes.  

En Haïti, l’électricité n’est distribuée qu’à 30% de la population et n’atteint que difficilement les zones rurales. L’Électricité d’État d’Haïti (Ed’H) gère des centrales hydro-électriques d’une capacité installée totale de 61 MW dont la plus importante reste celle de Péligre. En dehors des centrales électriques déjà installées, le potentiel hydroélectrique haïtien est estimé à plus de 150 MW soit environ trois fois la capacité de la centrale de Péligre.

Fort de cette potentialité, l’hydroélectricité se présente comme une pertinente alternative par son habilité à générer de l’électricité, de manière décentralisée et durable, et sans production de gaz à effet de serre, tout en permettant l’exploitation décentralisée et durable de ressource naturelles locales, renouvelables.

C’est dans ce contexte que le Gouvernement haïtien, de concert avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a exécuté le projet (Micro-Hydro) de Développement de l’Hydroélectricité à petite échelle en Haïti. Financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) dans l’objectif de créer un environnement favorable à l’investissement privé et public dans les petites usines hydroélectriques en Haïti. Ce projet visait à réduire des barrières politiques et règlementaires en renforçant la capacité des institutions œuvrant dans le domaine et en permettant la génération d’informations hydrométéorologies actualisées.

Le projet Micro-Hydro avait réuni des acteurs nationaux en vue de parvenir à une proposition de réforme pour moderniser la législation sur l’électricité en prenant en compte les énergies renouvelables. Avant la participation des secteurs concernés, les trois décrets sur le secteur électrique promulgués par le gouvernement antérieur ont été revus pour en ajuster les clauses irritantes et une réglementation fixant le régime juridique de l’hydroélectricité à petite échelle leur a été ajoutée. L'ensemble de ces quatre projets de loi forme un tout cohérent et va dans le sens d'une ouverture du secteur aux investisseurs privés haïtiens et étrangers. En parallèle, avec l’appui du PNUD, l’Ed’H a instauré au sein de sa direction de planification, une cellule des énergies renouvelables (CER) visant la valorisation, au sein de cette institution, des ressources énergétiques locales.

En septembre 2016, à travers une coopération Sud-Sud, une délégation de douze cadres de l’Ed’H, du Bureau des Mines et Energies (BME) a pu effectuer, une visite d’échanges, en République Dominicaine, dans des communautés situées en zones de montagnes isolées, qui ont construit et qui gèrent de petites usines hydroélectriques. Cela leur a permis de se familiariser avec des exemples concrets en application et d'appréhender les enjeux sociaux en sus des considérations d'ingénierie.

Pour la pérennisation des acquis, le projet Micro-Hydro a organisé un programme une formation sur les techniques associées au développement des énergies renouvelables, pour une vingtaine de cadre de l’Ed’H et du BME en vue du renforcement de leurs compétences techniques, administratives et commerciales.

L’hydroélectricité peut être un instrument moteur de changement pouvant accélérer le processus de développement des communautés rurales. La promotion pratique de cette initiative pourra améliorer indéniablement les conditions de vie de la population et réduire la dépendance du pays aux énergies fossiles.

Avec l’hydroélectricité, nous diminuerons le nombre de jeunes femmes qui, comme Ludia Joseph (27 ans), de la communauté de Magazen, à témoigner : « c’est la première fois que je vois une ampoule allumée dans notre localité. C’est une chose que je n’espérais, mais c’est arrivé et j’en suis fière »