• Un agenda de développement plus inclusif

    28 mai 2014

    Un agenda de développement plus inclusif
    Benjamin et Jonasson en pleine discussion sur l'enquête My World avec des élèves du lycée Philippe Guerrier des Cayes. PNUD HAITI

    Il y a de cela un an, je suis arrivé en Haïti pour travailler comme volontaire au sein du programme des volontaires des Nations Unies (VNU), dans le cadre des consultations générales sur le programme de développement post-2015. Une grande partie de mon travail en Haïti consiste à atteindre les ménages se trouvant dans les endroits les plus reculés pour recueillir leurs voix dans le cadre de l’enquête MY World.

    A l’occasion de la Semaine mondiale d’action MY World (du 5au 11 mai 2014), mon collègue, Jonasson David (Coordonnateur National du Rapport OMD 2013) et moi, avons visité les Cayes (département du Sud d’Haïti) pour recueillir les votes de jeunes étudiants et discuter de leurs priorités.

    C’est dans cet esprit que l’enquête MY World a été créée : il s’agit d’une enquête lancée par les Nations Unies à l’échelle mondiale pour collecter les priorités des populations de base dans le dialogue international en cours pour un monde meilleur après 2015.

    En Haïti, les volontaires mobilisés et les organisations partenaires locales se sont déplacées dans cinq départements pour interroger la population (les départements de l’Ouest, du Nord, du Nord-Est, de l’Artibonite, et de la Grande Anse), favorisant, de fait, la diversité de l’échantillon : les étudiants et lycéens, les femmes, la population rurale, les citadins, les déplacés, sans oublier les jeunes de manière globale.

    Une voix pour la jeunesse de la ville des Cayes

    Accompagnés par cinq volontaires de l’organisation « Volontariat pour le développement d’Haïti (VDH) », nous nous sommes rendus au Lycée Philipe Guerrier et dans le Collège Saint-Jean. Enthousiastes, les jeunes se sont exprimés sur le pays dans lequel ils souhaitent vivre et se sont réjouis de pouvoir se positionner et faire entendre leur voix.

    « L’enquête MY World nous permet de faire entendre notre voix afin de changer certaines choses », nous dit Joseph Badette, un jeune étudiant du Lycée Philipe Guerrier des Cayes, après avoir voté sur ses priorités. Tout au long de la journée, nous avons été impressionnés par la vision et la motivation de ces jeunes pour prendre en main leur avenir.

    Pour James Salnave, aussi étudiant du Lycée Philipe Guerrier des Cayes, MY World est un moyen de communiquer ses aspirations en tant que jeune haïtien, mais également en tant que personne. Pour lui,  il est temps de sortir de cette pauvreté extrême.

    Les résultats à l’échelle nationale montrent que la majorité des étudiants souhaitent une avancée sur les priorités suivantes: une meilleure éducation, un meilleur système de santé et de meilleures offres d’emploi. On remarque également qu’en Haïti, les interrogés souhaitent davantage de protection pour les orphelins et les enfants en domesticité, et plus d’opportunités de travail pour les étudiants pendant les vacances scolaires. Le renforcement de la production agricole locale et l’appui à la culture Haïtienne sont également pris en compte.

    Haïti, la « perle des Antilles »

    Passé le temps de voter, nous avons demandé à tous ces jeunes de nous décrire « leur Haïti » en 2030, dans une quinzaine d’années.

    Robenson Alerte, un jeune du Collège Saint Jean, nous dit que pour 2030 il imagine « une Haïti où tout le monde a accès à l’éducation, une Haïti  sécuritaire, sans chômage, où tout le monde mangerait à sa faim».

    James Salnave imagine une Haïti donnant une place de choix à la culture, où «  chaque haïtien prendra ses responsabilités envers le pays ».

    Vardia Rosylmé, elle, rêve d’une Haïti plus verte ».

    Finalement, un sentiment d’euphorie s’est emparé de tout ce petit monde lorsque nous réalisons qu’en 2030 Haïti pourrait bel et bien se lancer sur la voie du développement, pour un jour redevenir la « perle des Antilles ».

    En définitive, la Semaine d’action MY World nous a permis de recueillir plus de 1000 voies supplémentaires pour Haïti et à ce jour, ce sont près de 4000 Haïtiens qui ont fait entendre leur voix à travers l’enquête MY World. MY World n’est peut-être qu’un outil, mais il puise sa force dans sa capacité à donner un écho aux voies les plus entendues et les moins écoutées, pour que le développement de demain soit réellement inclusif

    En Haiti, nous nous assurons que le processus reflète la vision du Secrétaire général Ban ki moon qui eut à dire : « Je veux que ce soit le processus de développement global le plus inclusif que le monde ait jamais connu ». En effet, cette mobilisation mondiale vise à mettre le doigt sur les prochaines priorités en termes de développement qui succèderont aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui expirent en 2015.

    A travers 194 pays, avec environ 2,1 millions de participants, l’enquête est menée en ligne, par téléphone portable ou simplement grâce à des bulletins-papier. L’enquête permet aux personnes interrogées de faire six choix dans une liste non-exhaustive de seize priorités, et d’en ajouter une si elles le désirent.