• « Haïti » : Sur le chemin de la résilience aux désastres

    26 mai 2014

    Panneau Signaletique de sensibilisation
    Panneau Signaletique de sensibilisation. PNUD Haïti

    Classé 168e pays sur 187 par l'Indice de Développement Humain (IDH) en 2014, avec plus de la moitié de sa population vivant avec moins de USD1.25 par jour, Haïti est considéré comme l'un des pays les moins résilients face aux désastres naturels dans le monde.

    Durant les années précédant le séisme de 2010, l’indice de risque de catastrophes pour Haïti était déjà parmi les plus élevés au monde. Un indice tendant à se renforcer davantage avec l’impact du changement climatique et la dégradation environnementale. Cette vulnérabilité est liée au degré d’exposition aux menaces naturelles ainsi qu’aux aspects socio-économiques du pays, dont le taux de pauvreté, un chaumage très élevé, l’insécurité alimentaire ainsi que la faiblesse des institutions publiques.

    Suite au tremblement de terre de 2010, beaucoup de ressources économiques on été déployées pour le relèvement du pays. Des vies ont été sauvées et de nombreux besoins ont été adressés. Toutefois, les nivaux d’exposition et de vulnérabilité aux risques et désastres sont restés extrêmement élevés.

    En avril 2012, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Département International pour  le Développement de la Grande Bretagne (DFID) ont établi un groupe informel de haut niveau des «Champions politiques pour la résilience aux désastres». Cette initiative témoigne d’une volonté politique d’adresser les réflexions autour des questions liées à la résilience et de renforcer les capacités des communautés les plus isolées via des services de bases accessibles, des infrastructures sanitaires et routières efficaces et le renforcement des moyens de subsistance des familles les plus vulnérables. 

    Considérant les efforts réalisés en matière de réduction des risques et désastres par le gouvernement haïtien depuis 2010 avec le renforcement du Système National de Gestion des Risques et Désastres (SNGRD) à tous les niveaux, Haïti a été choisi parmi les pays pilotes pour cette initiative. Les Champions Politiques regroupant les pays, organisations multinationales et agences onusiennes, ont convenu avec le Président et le Premier Ministre haïtien d’une nouvelle approche de la gestion des risques et désastres en Haiti. Cette démarche vise à prendre en compte le concept de résilience dans le cadre stratégique national de la gestion des risques de désastres via, entre autre, la révision du Plan national de gestion des risques et des désastres, l’identification d’indicateurs nationaux pour la résilience, l’identification d’activités prioritaires au niveau local  et, plus récemment, la mise en place de la table thématique « risques et désastres » (lancée le 19 mars 2014). Le lancement de cette table témoigne, d’ailleurs, de la volonté du gouvernement d’adresser  le thème de l’exposition et la vulnérabilité aux désastres du pays sur le long terme et d’influencer ses plans nationaux de réduction des risques et désastres.

    L’approche décentralisée a conduit au choix des départements du Nord, du Nord-est et de la Grand ‘Anse comme zones géographiques pilotes pour les activités de renforcement de la résilience. Trois missions techniques coordonnées par le gouvernement et supportées par les partenaires clés des départements (ONG, agences onusiennes etc.) ont permis de définir des cadres programmatiques axés sur les structures de coordination au niveau local, l’analyse et la connaissance des risques par les communautés, la formation et la sensibilisation des populations, les services et infrastructures de base et le développement des filières agricoles porteuses dans les départements et communes cibles.

    Au niveau de la mise en œuvre de l’initiative, le groupe technique des Champions Politiques ont proposé la mise en place d’un Fonds national multi-partenaires impliquant les bailleurs principaux. Ce processus permettrait d’adopter une approche commune et cohérente pour le financement des différentes actions prioritaires qui seront identifiées au niveau départemental et communal sur les 5 prochaines années.

    Le PNUD, en tant que premier partenaire du gouvernement sur le long terme pour la gestion des risques et désastres en Haiti a démontré un engagement sans faille et continu pour cette initiative des Champions Politiques  et la prise en compte de la résilience dans les stratégies humanitaires et de développement. En effet, l’année 2014, marquée par le retrait progressif des partenaires humanitaires, surtout au niveau départemental, est considérée comme une année charnière pour finalement assurer la transition du pays vers le développement et l’engagement de l’Etat haïtien pour le renforcement de la résilience des populations sur le long terme.