Notre perspective

      • Un septennat au service de la justice haïtienne

        03 juil. 2013

        image

        Lorsqu’il a intégré le Programme des Nations Unies pour le développement en Haïti, Brice Bussière ne pensait pas y travailler sept ans. Le séisme de 2010 a changé la donne ! Quitter les collègues et partenaires, le pays, quand ils ont le plus besoin d’appui ? Impensable pour ce juriste de formation. Aujourd’hui, trois ans après le tremblement de terre, il quitte le pays. Bilan de sept années d’expérience au service de la justice haïtienne. Comment es-tu arrivé en Haïti ? Le hasard de la vie. Je suis arrivé en août 2005 et je suis tombé amoureux du pays et des Haïtiens. J’ai pensé plusieurs fois à partir mais le séisme a changé la donne. C’était impensable pour moi de quitter mes collègues, mes partenaires, quand il y avait le plus de besoin et que le PNUD devait être là. Heureusement, la situation s’est normalisée depuis et le moment est venu d’amener du sang neuf et de nouvelles idées. Comment as-tu commencé au PNUD ? Je travaillais à la Minustah depuis 9 mois et j’ai décroché un poste au PNUD par le circuit classique, en postulant tout simplement. Un pitch du projet dans lequel tu as travaillé presque sept ans ? J’ai commencé à travaillerPlus

      • La jeunesse haïtienne, une majorité digne d’attention

        18 juin 2013

        image

        Dans la situation encore précaire d’Haïti, la venue de personnalités permet de jeter un coup de projecteur efficace sur un pays qui tend tristement à être oublié entre ses épisodes dramatiques de catastrophes naturelles ou autres scandales. En avril, c’est l’acteur Lambert Wilson qui est de passage pour donner un coup de pouce en termes de visibilité. Il visite alors un projet aux Cayes, qui émane du programme conjoint des Nations Unies pour la prévention des conflits et la cohésion sociale (PCCS)  luttant contre les différentes formes de violences (physiques, économiques, psychologiques, sexuelles…) présentes dans ces communautés. Ce projet, financé par le Gouvernement espagnol au travers du fond pour les objectifs du Millénaire pour le développement, est coordonné par Maureen Mayne qui m’embarque avec elle pour cette journée. L’acteur assiste au Podium pour la Paix, espace offrant la possibilité aux jeunes de promouvoir la paix par la musique et le théâtre. L’Association pour la Promotion de la Paix par les Arts coordonne et met en place ces Podiums avec ces jeunes bénéficiaires. Malgré la chaleur étouffante, les jeunes chantent, jouent et nous balancent une solide prestation à la figure qui décoiffe d’énergie. Certes un peu scolaire, mais d’une efficacité pédagogique indiscutablePlus

      • « An n kombat omofobi tout kote » – Combattons l’homophobie

        27 mai 2013

        image
        Les danseurs de la troupe ‘’Gran Lakou’’ dans une chorégraphie

        Le 17 mai 2013 au Montana s’est tenue une conférence visant à commémorer la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. En petits groupes pour passer inaperçus, certains participants sont arrivés  tôt au Montana, car de nos jours, la communauté communément appelée les LGBT (Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender – lesbienne, homosexuel, bisexuel, transgenre) font face à d’extrêmes préjudices, la violence journalière partout dans le monde de par l’ignorance, la peur de la différence, le refus de les considérer comme des individus ayant les mêmes droits que tout autre citoyen. Ils sont souvent forcés de vivre dans le secret, pas seulement pour avoir une vie normale mais simplement pour éviter les intimidations, les menaces, la marginalisation voire la violence. Organisée par Housing Works, cette journée commémorative a réunie certaines organisations internationales, dont entre autres le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) comme partenaire financier, l’ONUSIDA  et des partenaires de la société civile qui travaillent activement pour l’émancipation de la population LGBT dont la Fondation SEROvie, FACDIS et la FEBS. La présence de la Directrice de l’Office de la Protection du Citoyen (OPC), pouvait laisser entrevoir une avancée sur la reconnaissance des LGBT et le respect de leursPlus