Notre perspective

      • Un agenda de développement plus inclusif

        28 mai 2014

        image
        Benjamin et Jonasson en pleine discussion sur l'enquête My World avec des élèves du lycée Philippe Guerrier des Cayes. PNUD HAITI

        Il y a de cela un an, je suis arrivé en Haïti pour travailler comme volontaire au sein du programme des volontaires des Nations Unies (VNU), dans le cadre des consultations générales sur le programme de développement post-2015. Une grande partie de mon travail en Haïti consiste à atteindre les ménages se trouvant dans les endroits les plus reculés pour recueillir leurs voix dans le cadre de l’enquête MY World. A l’occasion de la Semaine mondiale d’action MY World (du 5au 11 mai 2014), mon collègue, Jonasson David (Coordonnateur National du Rapport OMD 2013) et moi, avons visité les Cayes (département du Sud d’Haïti) pour recueillir les votes de jeunes étudiants et discuter de leurs priorités. C’est dans cet esprit que l’enquête MY World a été créée : il s’agit d’une enquête lancée par les Nations Unies à l’échelle mondiale pour collecter les priorités des populations de base dans le dialogue international en cours pour un monde meilleur après 2015. En Haïti, les volontaires mobilisés et les organisations partenaires locales se sont déplacées dans cinq départements pour interroger la population (les départements de l’Ouest, du Nord, du Nord-Est, de l’Artibonite, et de la Grande Anse), favorisant, de fait, la diversité de l’échantillon :Plus

      • « Haïti » : Sur le chemin de la résilience aux désastres

        26 mai 2014

        image
        Panneau Signaletique de sensibilisation. PNUD Haïti

        Classé 168e pays sur 187 par l'Indice de Développement Humain (IDH) en 2014, avec plus de la moitié de sa population vivant avec moins de USD1.25 par jour, Haïti est considéré comme l'un des pays les moins résilients face aux désastres naturels dans le monde. Durant les années précédant le séisme de 2010, l’indice de risque de catastrophes pour Haïti était déjà parmi les plus élevés au monde. Un indice tendant à se renforcer davantage avec l’impact du changement climatique et la dégradation environnementale. Cette vulnérabilité est liée au degré d’exposition aux menaces naturelles ainsi qu’aux aspects socio-économiques du pays, dont le taux de pauvreté, un chaumage très élevé, l’insécurité alimentaire ainsi que la faiblesse des institutions publiques. Suite au tremblement de terre de 2010, beaucoup de ressources économiques on été déployées pour le relèvement du pays. Des vies ont été sauvées et de nombreux besoins ont été adressés. Toutefois, les nivaux d’exposition et de vulnérabilité aux risques et désastres sont restés extrêmement élevés. En avril 2012, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Département International pour  le Développement de la Grande Bretagne (DFID) ont établi un groupe informel de haut niveau des «Champions politiques pour laPlus

      • Aujourd’hui en 2030, les femmes sont leaders dans les villes et les campagnes

        02 avr. 2014

        image
        Mur de protection des berges dans le Sud du pays.

        A la veille de l’échéance des objectifs du Millénaire pour le développement en 2015, je me projette en l’an 2030 et j’y vois une Haïti où l’éducation et la formation des femmes sont fortement valorisées et où le système social leur permet d’être pleinement impliquées dans la gestion de l’administration publique qu’elles habitent les milieux ruraux ou les centres urbains. En 2030, l’intégration de la femme est un slogan mais surtout  une réalité puisqu’une femme occupe  la magistrature suprême du pays et a été élue à travers des élections libres, inclusives et démocratiques. Le Ministère de l’environnement est dirigé pour la première fois par une femme experte dans le domaine. La lutte pour la promotion de la femme haïtienne a pris son essor en 2013 et  il faut  reconnaitre que depuis cette année,  de grandes avancées ont été réalisées. Représentant plus de la moitié de la population, elles ont pu amener les décideurs - avec l’appui de la société civile - à apporter des changements réels dans la constitution haïtienne et à augmenter le quota de 30% à 50% de représentation des femmes  dans l’administration publique. En tant que chef du projet  de « Réduction de la vulnérabilité des populations et desPlus