Notre perspective

      • Nelson Mandela : une vie consacrée à la liberté et la justice

        18 juil. 2012

        image
        Nelson Mandela s'adresse au Comité spécial contre l'apartheid à l'Assemblée générale. Photo ONU / P. Sudhakaran

        La journée internationale Nelson Mandela est l’occasion de saluer cet homme extraordinaire, son combat en faveur de la liberté, de la paix et de la justice, ses services à l’humanité, et sa foi en un avenir meilleur. Nombreux sont ceux de ma génération qui ont été inspirés par Nelson Mandela, et qui ont été horrifiés par le régime odieux de l’apartheid en Afrique en Sud. Mandela a consacré sa vie à lutter contre ce système et pour l’avènement d’une nouvelle Afrique du Sud libre et démocratique. Dans ma lointaine Nouvelle-Zélande, la lutte pour la liberté en Afrique du Sud fut longtemps un facteur de division. Nos deux pays avaient une passion commune pour le rugby, et nos équipes nationales étaient généralement considérées comme les meilleures du monde. Mais l’équipe d’Afrique du Sud avait un défaut fondamental – elle était ségréguée. En Nouvelle-Zélande, les Maoris ont de tout temps été au devant de la scène à tous les niveaux de ce sport. Pourtant, jusqu’à leur tournée de 1960, les joueurs maoris n’étaient jamais sélectionnés lorsque les All Black se produisaient dans ce pays. Un mouvement anti-apartheid vit le jour, qui par la suite a organisé des campagnes concertées contre cette injustice. LorsquePlus

      • Se préparer aux catastrophes : une clé du développement

        03 juil. 2012

        image
        Ces dix dernières années, près d’un million de personnes ont péri dans des catastrophes et plus de mille milliards de dollars ont été perdus. Néanmoins, seul 1% de l’aide internationale est déployé pour réduire l’impact de ces catastrophes. Suivez-nous sur Twitter #AgisMaintenant et participez à notre campagne!

        Depuis l’an 2000, un million de personnes ont perdu la vie dans des catastrophes provoquées par les aléas naturels, et un autre milliard subit les conséquences de ces catastrophes. La vaste majorité des personnes touchées vivent dans des pays en développement. Des études révèlent que les populations pauvres du monde sont beaucoup plus exposées aux risques naturels. La réduction des risques de catastrophe doit être au cœur du développement. Chaque dollar investi dans la réduction des risques peut faire économiser jusqu’à sept dollars, en termes de pertes économiques dues aux catastrophes. L’investissement dans la réduction des risques de catastrophe reste faible à travers le monde. On estime qu’entre 2000 et 2009, les donateurs ont versé 363 milliards de dollars américains aux 40 pays les plus pauvres du monde au titre de l’aide au développement, et que seul un pour cent de cette somme a été alloué à la prévention des catastrophes. Outre l’investissement dans la réduction des risques, une attention particulière doit être accordée au renforcement de la résilience face aux catastrophes récurrentes. Les communautés qui investissent et réinvestissent sans cesse dans des projets mal planifiés se trouveront entraînées dans un cycle continu de redressement. L’objectif de « reconstruire en mieuxPlus

      • Innovation politique dans un contexte de fragilité du pays : réduire la charge économique de l’éducation en Haïti

        27 mai 2012

        Dimanche 27 mai 2012, jour de fête des mères en Haïti, le gouvernement a lancé Ti Manman Cheri (« Petite maman chérie »), son tout premier programme de transfert conditionnel en espèces. En présence de la Première Dame, Sophia Martelly et du Premier Ministre fraîchement nommé Laurent Lamothe, une cérémonie a eu lieu dans une école de la Cité Soleil, l’un des quartiers les plus précaires de la région de Port-au-Prince, au cours de laquelle 200 mères ont reçu la subvention Ti Manman Cheri. Ti Manman Cheri est un programme de transfert conditionnel en espèces visant à réduire la charge économique de l’éducation en Haïti et à améliorer ainsi les conditions de vie des foyers bénéficiaires. Le programme cible les mères habitant les quartiers les plus précaires de Port-au-Prince (Belair, Carrefour Feuilles, Cité Soleil, Fort National) ayant inscrit leurs enfants en école primaire. Le programme sera financé au cours de sa première année par le fonds vénézuélien Petrocaribe. Avec le lancement de Ti Manman Cheri, Haïti suit les traces de ses voisins de la région ayant mis en place avec succès des programmes de TCE. Après de nombreuses années de débats interrompus sur la faisabilité d’un tel projet en Haïti, le gouvernement aPlus