Notre perspective

      • Un pas de plus vers une aide qui renforce

        15 déc. 2012

        image

        Pays hautement dépendant de l’aide (plus de 70% du budget financé par l’aide externe en 2011-2012), Haïti peut difficilement planifier son développement sans avoir un minimum de connaissance et de contrôle sur ce « budget extérieur » fourni gracieusement par la communauté internationale. En effet, la transparence des financements extérieurs dans l’espace et dans le temps et l’assurance que ceux-ci ciblent les priorités nationales sont des prérequis pour que le Gouvernement puisse déterminer l’allocation optimale de ses ressources et ensuite évaluer leurs effets sur ses objectifs de développement. Pourtant, en Haïti comme dans beaucoup d’autres pays dits fragiles, l’assistance est fragmentée en de nombreux projets qui ne sont souvent ni cohérents entre eux, ni alignés sur les priorités et les stratégies nationales. L’aide humanitaire transite essentiellement par des organisations parallèles au Gouvernement et de plus, une fois la phase humanitaire terminée, de nombreux bailleurs continuent à utiliser ces systèmes parallèles de gestion de l’aide. Ce manque de contrôle durant les phases d’exécution se double d’un manque d’appropriation durant celles de préparation et de sélection. Les musiciens sont là, mais tout le monde ne joue pas la même partition. Ainsi, force est de constater, selon le dernier rapport de l’Envoyé spécial de l’ONU enPlus

      • Discussions sur le changement climatique à Doha : quels enjeux pour les pays pauvres ?

        03 déc. 2012

        image
        L'adaptation au changement climatique en Inde Photo: PNUD Inde

        Alors que des milliers de personnes se réunissent cette semaine à Doha pour aborder le dernier volet des discussions relatives au climat, il est important de souligner les conséquences que pourrait entrainer l’absence de progrès dans ce domaine pour les pays les moins développés. Dans les pays en développement, ce sont les populations pauvres qui courent le plus grand risque face au changement climatique. Celui-ci amplifie des vulnérabilités existantes, comme par exemple en Afrique, où ce sont les populations pauvres qui sont les plus touchées par la sècheresse, les inondations, la famine et autres effets du changement climatique. Si nous ne parvenons pas à faire un pas vers un nouvel accord global sur le climat, nous risquons de compromettre les avancées réalisées jusqu’ici dans les pays en développement et de mettre en danger la vie, les moyens d’existence et l’avenir de leurs populations.   Nul besoin d’attendre que les Etats Membres des Nations Unies parviennent à un accord global sur le climat ou qu’ils finissent de négocier le programme de développement post-2015. Il y a suffisamment à faire au niveau des gouvernements sous-nationaux, des communautés, de la société civile et du secteur privé. C’est d’ailleurs à ce niveau-là que résidait unePlus

      • La lutte contre le sida, un combat toujours d’actualité

        29 nov. 2012

        image
        Programme de prévention et de soins VIH / SIDA au Sud-Soudan. Photo: PNUD au Sud-Soudan.

        Les actions menées contre le VIH à travers le monde ont accompli des progrès remarquables. À la fin de l’année 2011, plus de 8 millions de personnes avaient accès à un traitement indispensable à leur survie, soit une augmentation de 20 % par rapport à 2003. Les nouvelles infections à VIH ont également diminué sensiblement dans de nombreux pays, notamment parmi ceux qui enregistrent une forte prévalence du virus. Cependant, l’exclusion sociale, les inégalités et les violations des droits de l'homme continuent de favoriser la propagation de l’épidémie et d’autres maladies, qui frappent de manière disproportionnée les femmes et les populations marginalisées. Celles-ci englobent notamment les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les consommateurs de drogues, les professionnel(le)s du sexe et les personnes transsexuelles. D’après un rapport de la Commission mondiale sur le VIH et le droit daté de 2012, les environnements juridiques discriminatoires et punitifs, la violence et autres sévices contribuent également à la propagation du VIH. Une meilleure application des mesures législatives protectrices, combinée à des politiques de protection sociales couvrant les personnes touchées par le virus, pourront permettre la mise en œuvre d’actions efficaces et inclusives, susceptibles de réduire à leur tour les inégalités et dePlus