Notre perspective

La renaissance des quartiers. Histoires vécues, première partie.

08 nov. 2013

image La renaissance des quartiers à carrefour-feuilles (Sicot). © PNUD-Haïti

Je n’oublierai jamais ma première réunion avec le projet. Je suis rentrée dans le bureau de Pacot un peu anxieuse. Je ne suis pas ingénieure et à cette époque je ne savais pas ce que je pouvais apporter au projet. Une chaleur infernale, huit hommes d’âge moyen et moi, 30 ans, la seule femme de l’équipe. C’était en mai 2011.   Depuis le premier jour, j’entendais des mots comme « triage, mortier, briques, mètres cubes » et je ne les comprenais pas bien. A force de les entendre et avec l’aide de quelques amis ingénieurs et architectes que j’appelais pour avoir leurs explications sur les machines lourdes, je savais qu’un jour j’arriverais à tout comprendre. Dans la première phase du projet, l’objectif était de déblayer 210 000 mètres cube de débris du tremblement de terre de janvier 2010, et d’employer plus de 2 000 personnes dans le quartier de Carrefour Feuilles. 210 000 mètres cube ? Qu’est-ce que cela représente réellement ? Combien pèsent 210 000 mètres cube de débris ? Est-ce beaucoup si on les compare au poids des cadavres enterrés sous ces masses de débris ? Je ne pouvais pas m’empêcher d’y penser tandis que les jours passaient sans que nous arrivions  Plus

L’enseignement numérique à distance en Haïti : l’outil d’une élite ?

16 oct. 2013

image Le premier Sommet pour le bien social en Haïti

L’enseignement numérique à distance, à juste titre présenté, en Haïti, comme une énorme opportunité pour la massification de l'enseignement supérieur, n'a eu qu'un impact très limité ces dernières années, et ceci malgré les nombreuses initiatives enregistrées à ce jour. Même s’il est clairement admis que l’utilisation des TICE est incontournable si l’on veut massifier l’enseignement supérieur, les variables systémiques à prendre en compte (la méthodologie à utiliser, les moyens nécessaires, les contenus, la technologie, le marché, le modèle économique et humain) ne sont, pour la plupart, ni bien définies, ni véritablement intégrées lors des déploiements. Ainsi, l’enseignement numérique à distance, en Haïti, en est encore au stade de l’expérimentation et les résultats attendus sont loin d’être au rendez-vous. Nous tenterons, à travers ce texte, d’identifier quelques causes de non succès des initiatives menées en Haïti et de présenter des pistes de solution. Nous pourrons ainsi capitaliser sur les expériences passées et actuelles. Le contexte La majeure partie des étudiants haïtiens bacheliers n’ont pas accès à l’enseignement supérieur (plus de 50,000 jeunes Haïtiens terminent le secondaire chaque année, le système d’enseignement supérieur (public et privé) reconnu par les instances publiques ne pouvant accommoder que quelques milliers de candidats). Quelques problèmes fondamentaux à  Plus

Mobiliser les communautés : une passion

03 oct. 2013

image PNUD Haïti

Journaliste de profession, technicien en élaboration, planification et Gestion de Projet et étudiant en anthropologie finissant en Anthropo-sociologie, Fredly Antenor est mobilisateur communautaire au sein du Projet 16/6  depuis 11 mois. Ecouter et parler aux gens constituent sa passion. Il  se réjouit de constater les changements positifs dans les quartiers récemment invivables tenant compte des séquelles du séisme du 12 janvier 2010. Le 16/6  en quelques mots ? 16/6 est selon moi un mouvement de changement social. Il consiste en un Projet du gouvernement mis en œuvre sous l’impulsion du président Michel Martelly. Le projet concerne 16 quartiers et 6 camps prioritaires suite au séisme majeur du 12 janvier 2010. L’objectif est de relocaliser les gens déplacés qui vivaient sur les 6 camps prioritaires mais aussi assurer la réhabilitation des quartiers de retour afin que les conditions de vie de la population soient améliorées. Le projet 16/6 c’est un mouvement qui peut servir de modèle aux autres initiatives pour les autres organisations dans la mise en œuvre de projets. 16/6 dispose d’une base de données avec les diagnostiques réels des quartiers engagés par les plateformes communautaires qui regroupent tous les secteurs de la vie. En quoi consiste votre travail dans le  Plus

Paroles de volontaire pour Haïti

26 août 2013

image PNUD Haïti

Jonasson David, Volontaire des Nations Unies et Coordonnateur national du rapport sur les objectifs du Millénaire pour le développement se livre à l'équipe de communication du PNUD Haiti et parle de son engagement envers son pays, et de l'importance du programme de développement de l'après 2015. Pourquoi êtes-vous devenu volontaire pour le programme de développement de l’après 2015? Je crois tout d’abord dur comme fer que l’individu et la communauté dans laquelle il vit sont le moteur du développement. En ce sens, toute tentative d’élaboration d’un plan de développement durable doit prendre en compte l’individu comme pilier et ressource. Ce qui revient à dire que l’individu doit faire partie intégrante de tout plan visant à développer sa communauté et participer activement dans sa mise en œuvre. De plus, c’est l’aspect inclusif du processus qui va conduire à l’élaboration du nouveau cadre de développement pour l’après 2015. Etre volontaire pour le nouveau cadre de développement de l’après 2015 me donne le sentiment de travailler pour un monde meilleur Comment intervenez-vous dans le programme de l’après 2015? En Haïti, j’interviens à deux niveaux pour faire avancer le processus devant mener à l’élaboration du nouveau cadre de développement. Premièrement, je travaille comme coordonnateur national  Plus

Pour ne pas laisser la violence faite aux femmes impunie !

23 août 2013

image La violence de genre continue d’affecter un grand nombre d’Haïtiennes malgré qu’elle constitue une violation des droits fondamentaux

Un rapport d’avril 2013 sur l’assistance juridique pour les Haïtiennes victimes de violence de genre a fait valoir l’importance de l’expérience de la société civile dans le domaine de la prise en charge pluridisciplinaire (accompagnement médical, psycho-social et juridique). L’objectif est d’assurer l’institutionnalisation de cette expérience pour la rendre pérenne et permanente tout en évitant que ce processus aboutisse à un résultat contreproductif en termes d’accès pour les bénéficiaires. La violence de genre continue d’affecter un grand nombre d’Haïtiennes et constitue une violation des droits humains reconnue par de nombreux instruments universels et régionaux, tels que la Déclaration des Nations Unies sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes et la Convention interaméricaine « Convention de Bélem do Pará ». Le dernier rapport de la Concertation nationale contre les violences faites aux femmes indique que de juillet 2011 à juin 2012, 1 127 cas de violences sexuelles contre des femmes et des hommes ont été rapportés dans quatre départements du pays, 76,6% de ces cas concernant des femmes. L’Enquête sur la mortalité, morbidité, et l’utilisation des services (EMMUS-IV) indiquait déjà  que pendant la période 2004-2005, plus d’un quart (27%) des femmes haïtiennes avait déclaré avoir subi des violences physiques à un moment  Plus

Mesurer les grandes espérances des jeunes d’Amérique latine

23 juil. 2013

Les jeunes Latino-Américains qui sont descendus dans la rue récemment nous poussent à comprendre leurs demandes et à résoudre les problèmes structurels persistants que connaissent nos sociétés, à commencer par les inégalités. Ces manifestations sont aussi l’occasion de repenser la gouvernance démocratique au XXIe siècle, à l’ère numérique où le militantisme fleurit dans les médias sociaux. La fréquence accrue de telles mobilisations nous fait comprendre que les jeunes veulent participer activement au développement de leur société. La première enquête ibéro-américaine auprès des jeunes, lancée le 22 juin à Madrid, montre que les jeunes d’Amérique latine, du Portugal et d’Espagne s’attendent à voir leur participation augmenter au cours des cinq prochaines années. Les institutions devraient leur fournir des espaces officiels à cet effet. Dans le cas contraire, les manifestations deviendront le moyen le plus efficace de se faire entendre pour ces jeunes, et la région laissera passer une occasion d’améliorer la qualité de sa gouvernance démocratique. L’enquête introduit le premier Indice des attentes des jeunes, basé sur des décennies d’expérience dans la production d’indices du développement humain. Il reflète les perceptions et les valeurs subjectives des jeunes en matière de droits sociaux, économiques et politiques et son message est le même que  Plus

Déployer les innovations locales pour réduire la pauvreté et les inégalités

19 juil. 2013

image

La devise « Penser global, agir local » est essentielle pour le développement. Et elle est, à mon avis, au cœur du déploiement de projets à plus grande échelle. Elargir les micro-projets performants à l'échelle nationale permet de garantir l'impact et la durabilité des programmes d'appui aux plus démunis. Il y a urgence. Si, en termes de lutte contre la pauvreté, nous avons fait de grands pas vers certains objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), les prévisions actuelles indiquent qu'en 2015 près d'un milliard de personnes vivront avec moins de 1,25 dollars par jour. Dans le cadre du Fonds d'affectation spéciale pour les OMD de la République de Corée et du PNUD, nous soutenons le déploiement à plus grande échelle de solutions de développement réussies dans neuf pays. À ce jour, ces projets ont permis d'améliorer la vie de centaines de milliers de personnes : - En Colombie, des centres d’emploi plus particulièrement dédiés aux communautés vulnérables offrent des services de conseil, de formation à l'entreprenariat et d’opportunités de carrière. . Plus de 21 000 personnes, dont 59 pour cent de femmes, ont déjà été formées et 7 000 entreprises créées, générant près de 3 000 emplois. - En Haïti, près de 1  Plus

Le monde que les Haïtiens veulent

08 juil. 2013

image

Un message texte par téléphone à 9h30 : « J'en suis déjà à 40 votes à Pilate ». Un appel quelques heures plus tard « Ici à Limbe, il y a beaucoup de monde et ils veulent tous  remplir le formulaire d'enquête, je vais bientôt être à cours de bulletins de vote!». Je pense aussi aux volontaires qui mènent l’activité sur les sites de Port-au-Prince, « Comment se passe la mobilisation de leur côté ? ». Une petite poignée de volontaires armés d'un crayon explique et recueille la voix des populations haïtiennes pour la transformer en vote, en engagement citoyen pour le nouvel agenda de développement post-2015. Le 28 juin dernier a eu lieu la cinquième édition de la Journée Caribéenne de dépistage du VIH/SIDA en Haïti organisée, comme à l’accoutumé, par le Comité de Communication sur le SIDA (CECOSIDA). Mais cette année, au rouge traditionnel qui teinte les logos des organisations de lutte contre le VIH/SIDA s'est ajoutée la palette de couleur de MY WORLD. Dans un effort simultané, des volontaires des Nations Unies, aidés par plusieurs volontaires de la Coalition Haïtienne des Volontaires (COHAIV), sont partis à la rencontre des plus pauvres et des plus marginalisés sur les douze sites de dépistages du pays  Plus

Un septennat au service de la justice haïtienne

03 juil. 2013

image

Lorsqu’il a intégré le Programme des Nations Unies pour le développement en Haïti, Brice Bussière ne pensait pas y travailler sept ans. Le séisme de 2010 a changé la donne ! Quitter les collègues et partenaires, le pays, quand ils ont le plus besoin d’appui ? Impensable pour ce juriste de formation. Aujourd’hui, trois ans après le tremblement de terre, il quitte le pays. Bilan de sept années d’expérience au service de la justice haïtienne. Comment es-tu arrivé en Haïti ? Le hasard de la vie. Je suis arrivé en août 2005 et je suis tombé amoureux du pays et des Haïtiens. J’ai pensé plusieurs fois à partir mais le séisme a changé la donne. C’était impensable pour moi de quitter mes collègues, mes partenaires, quand il y avait le plus de besoin et que le PNUD devait être là. Heureusement, la situation s’est normalisée depuis et le moment est venu d’amener du sang neuf et de nouvelles idées. Comment as-tu commencé au PNUD ? Je travaillais à la Minustah depuis 9 mois et j’ai décroché un poste au PNUD par le circuit classique, en postulant tout simplement. Un pitch du projet dans lequel tu as travaillé presque sept ans ? J’ai commencé à travailler  Plus

La jeunesse haïtienne, une majorité digne d’attention

18 juin 2013

image

Dans la situation encore précaire d’Haïti, la venue de personnalités permet de jeter un coup de projecteur efficace sur un pays qui tend tristement à être oublié entre ses épisodes dramatiques de catastrophes naturelles ou autres scandales. En avril, c’est l’acteur Lambert Wilson qui est de passage pour donner un coup de pouce en termes de visibilité. Il visite alors un projet aux Cayes, qui émane du programme conjoint des Nations Unies pour la prévention des conflits et la cohésion sociale (PCCS)  luttant contre les différentes formes de violences (physiques, économiques, psychologiques, sexuelles…) présentes dans ces communautés. Ce projet, financé par le Gouvernement espagnol au travers du fond pour les objectifs du Millénaire pour le développement, est coordonné par Maureen Mayne qui m’embarque avec elle pour cette journée. L’acteur assiste au Podium pour la Paix, espace offrant la possibilité aux jeunes de promouvoir la paix par la musique et le théâtre. L’Association pour la Promotion de la Paix par les Arts coordonne et met en place ces Podiums avec ces jeunes bénéficiaires. Malgré la chaleur étouffante, les jeunes chantent, jouent et nous balancent une solide prestation à la figure qui décoiffe d’énergie. Certes un peu scolaire, mais d’une efficacité pédagogique indiscutable  Plus