Notre perspective

      • Au-delà des montagnes, un meilleur avenir pour les Haïtiens

        11 janv. 2013

        image
        Une jeune femme entrepreneur en Haïti. Photo: PNUD en Haïti

        « Au-delà des montagnes, encore des montagnes », dit un vieux proverbe haïtien, en rappel des défis démesurés que cette demi-île caribéenne a dû relever depuis la nuit des temps. En tête de liste, le séisme de 2010 qui a fait plus de 200 000 morts, déplacé 1,5 million de personnes et ébranlé ou rasé quelque 300 000 bâtiments. Son impact a été le plus dévastateur dans la capitale hyperurbanisée et surpeuplée du pays où il a provoqué des ruines inimaginables et détruit environ 80 pour cent de l'économie de la ville. Mais les Haïtiens sont habitués à escalader les montagnes. Le gouvernement, le secteur privé et les organisations internationales travaillent avec les familles et les communautés à reconstruire le pays et à relancer l'économie. Les femmes, qui dirigent presque 50 pour cent des ménages, jouent un rôle clé. Placer les Haïtiens et leurs communautés au cœur du processus de relèvement est essentiel. Dans les quartiers, ce sont les résidents qui fixent les priorités en termes de reconstruction des maisons et des infrastructures, avec une attention toute particulière aux risques spécifiques aux citadins. Pour permettre aux familles de prendre elles-mêmes en charge la réparation et la reconstruction de leurs maisons, lePlus

      • Haïti en avant, paroles de femmes

        26 déc. 2012

        image

        Haïti, trois ans plus tard… depuis le séisme dévastateur du 12 janvier 2010,  d’énormes d’efforts ont été consentis pour aider le gouvernement à atteindre ses objectifs et améliorer les conditions de vie des Haïtiennes et Haïtiens. Les séquelles du tremblement de terre qui a fait plus de 200 000 morts, endommagé ou détruit plus de 300 000 bâtiments et laissé 1,5 million de personnes déplacées, sont encore visibles dans la capitale et dans les régions avoisinantes. De plus, Haïti a été frappé au cours de l’année 2012 par le passage de la tempête Isaac et de l’ouragan Sandy qui ont provoqué des pertes en vies humaines et des dégâts considérables, notamment dans le secteur de l’agriculture. Cependant, Haïti change, Haïti avance. C’est un mythe d’affirmer que la reconstruction n’existe pas dans le pays et que rien n’a été accompli. Les changements sont visibles et les femmes haïtiennes qui représentent près de la moitié des chefs de famille, en sont les vaillantes actrices et témoins quotidiennes. Le gouvernement, le secteur privé, les organisations internationales ne sont pas les seules forces motrices de la reconstruction. Les familles, les communautés et les femmes sont elles-mêmes au premier rang des efforts communs et jouent unPlus

      • Un pas de plus vers une aide qui renforce

        15 déc. 2012

        image

        Pays hautement dépendant de l’aide (plus de 70% du budget financé par l’aide externe en 2011-2012), Haïti peut difficilement planifier son développement sans avoir un minimum de connaissance et de contrôle sur ce « budget extérieur » fourni gracieusement par la communauté internationale. En effet, la transparence des financements extérieurs dans l’espace et dans le temps et l’assurance que ceux-ci ciblent les priorités nationales sont des prérequis pour que le Gouvernement puisse déterminer l’allocation optimale de ses ressources et ensuite évaluer leurs effets sur ses objectifs de développement. Pourtant, en Haïti comme dans beaucoup d’autres pays dits fragiles, l’assistance est fragmentée en de nombreux projets qui ne sont souvent ni cohérents entre eux, ni alignés sur les priorités et les stratégies nationales. L’aide humanitaire transite essentiellement par des organisations parallèles au Gouvernement et de plus, une fois la phase humanitaire terminée, de nombreux bailleurs continuent à utiliser ces systèmes parallèles de gestion de l’aide. Ce manque de contrôle durant les phases d’exécution se double d’un manque d’appropriation durant celles de préparation et de sélection. Les musiciens sont là, mais tout le monde ne joue pas la même partition. Ainsi, force est de constater, selon le dernier rapport de l’Envoyé spécial de l’ONU enPlus