6 Mettre en place un partenariat mondial

Où en sommes-nous?


© PNUD/M. Solon

L’Objectif 8 des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) vise à construire un partenariat mondial pour le développement en associant les bailleurs internationaux, les partenaires financiers et commerciaux et le secteur privé pour répondre aux besoins particuliers d’Haïti, qui fait à la fois partie des pays les moins avancés (PMA), des petits Etats insulaires en développement et des pays pauvres très endettés (PPTE).

Les tendances mondiales

L’aide publique au développement dans le monde s’est élevée à 126 milliards de dollars en 2012. L’APD représente seulement 0,29 % du revenu national brut cumulé des donateurs, ce qui constitue une baisse de 4 % en termes réels par rapport au niveau de 2011. Cette baisse, qui est principalement due à la crise financière mondiale, affecte en premier lieu les pays les moins avancés (PMA), qui ont reçu environ un tiers du flux total de l’aide des donateurs ces dernières années.

Le climat commercial continue de s’améliorer pour les pays en développement et les PMA en termes de franchises de droits. 83 % des exportations des PMA sont admis en franchise de droits dans les pays développés. Les droits douaniers moyens des pays développés ont continué  de diminuer légèrement pour les pays  en développement et les pays les moins avancés.

Le service de la dette des pays en développement représente seulement 3 % des recettes tirées  de leurs exportations. Les ratios du service de la dette se situent à un quart de leur niveau de 2000, allégeant ainsi la charge financière des pays en développement.

Le nombre d’abonnements à des téléphones portables cellulaires est en train d’atteindre son niveau de saturation, et presque 40 % de la population mondiale est connectée. Dans le monde en développement, 31 % de la population utilise internet, comparés aux 77 % du monde développé. Avec un nombre estimé de 6,8 milliards d’abonnements à des téléphones portables cellulaires d’ici à fin 2013, la pénétration mondiale (mesurée comme le nombre d’abonnements par rapport à celui de la population totale) atteindra 96 %, et 89 % dans les pays en développement.

Les progrès d’Haïti vers l’OMD 8

L’aide publique au développement en Haïti est passée de 167 millions de dollars en 1990 à 1712 millions en 2012, avec un pic à 3 milliards de dollars en 2010, après le tremblement de terre. L’APD d’Haïti représentait en 2011 23 % du PIB du pays, contre 46 % en 2010 et respectivement 14 et 17 % en 2008 et 2009. 79% de l’aide est passée par de l’appui aux projets et programmes, et 16 %  pour l’allègement de la dette (OCDE).

Pour plus d'informations : Télécharger la fiche de l'OMD 8

1.11 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Rapport OMD 2013 - Haiti un nouveau regard
Haïti un nouveau regard

Le Gouvernement, que j’ai l’honneur de diriger, est heureux de mettre à la disposition des citoyens et des acteurs du développement, le deuxième rapport national sur le suivi de la mise en oeuvre des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

 

Extrait de l’introduction du rapport signée par le Premier Ministre haïtien Laurent S. Lamothe.

Le rapport sur ISSUU
Cibles
  1. Répondre aux besoins particuliers des pays en développement sans littoral et des petits États insulaires en développement
    • Seuls cinq pays donateurs ont atteint la cible des Nations Unies pour l’aide publique.
  2. Poursuivre la mise en place d’un système commercial et financier ouvert, réglementé, prévisible et non discriminatoire
    • Les pays en développement ont davantage accès aux marchés des pays développés.
    • Les pays les moins avancés sont ceux qui bénéficient le plus des réductions des droits de douane, surtout pour leurs produits agricoles.
  3. Traiter globalement le problème de la dette des pays en développement
    • Le poids de la dette diminue pour les pays en développement et reste largement au dessous de ses niveaux historiques.
  4. En coopération avec l’industrie pharmaceutique, rendre les médicaments essentiels disponibles et abordables dans les pays en développement
  5. En coopération avec le secteur privé, faire en sorte que les nouvelles technologies, en particulier les technologies de l’information et de la communication, soient à la portée de tous
    • La demande s’est accrue pour les technologies de l’information et des communications.
    • L’accès à Internet reste interdit à la majorité de la population mondiale.
    • Grand écart entre ceux qui disposent d’une connexion Internet à haut débit, principalement dans les nations développées, et les usagers du réseau commuté.