6 Préserver l’environnement

Où en sommes-nous?


©PNUD/Dalia A.A

Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible la protection des ressources environnementales et de la biodiversité, mais vise également à assurer l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à améliorer sensiblement les conditions de vie des habitants vivant dans des taudis.

 

Les tendances mondiales

La déforestation et l’émission de gaz à effet de serre continuent à un rythme élevé. Les émissions mondiales de dioxyde de carbone ont augmenté de plus de 46 % depuis 1990. De 1990 à 2012, les zones terrestres protégées ont augmenté, passant de 8,9 % à 14,6 % de la surface terrestre mondiale, s’approchant de l’objectif de la Convention sur la diversité biologique qui vise à conserver au moins 17 % des zones terrestres du monde et 10 % des zones côtières et marines d’ici à 2020. L’Amérique latine montre la voie, avec 21,3 % de ses zones terrestres et 15,4 % de ses zones marines protégées. Néanmoins, de nombreuses espèces sont toujours menacées d’extinction. Presque un tiers des stocks de poissons ont été surexploités, ce qui contribue à la diminution des rendements de pêche.

Plus de 2,1 milliards de personnes et presque 1,9 milliard de personnes ont eu accès, respectivement, à des sources d’eau et à des installations sanitaires améliorées depuis 1990, dépassant la cible OMD. Pourtant, l’accès à l’eau potable en zones rurales ainsi que la qualité et la salubrité de l’eau constituent toujours une sérieuse préoccupation. Plus de 240 000 personnes par jour ont obtenu un accès à des installations d’assainissement améliorées de 1990 à 2011, ce qui reste insuffisant. Pour atteindre la cible, il faudrait étendre les services d’assainissement à 600 000 personnes par jour d’ici à 2015. Entre 2000 et 2010, 200 millions de personnes vivant dans des taudis ont eu accès à des conditions de vie améliorées, dépassant largement la cible OMD. Mais l’urbanisation progresse plus vite que l’amélioration des conditions des taudis, et environ 863 millions de personnes vivent toujours dans des conditions insalubres dans le monde en développement.

Les progrès d’Haïti vers l’OMD 7

La dégradation de l’environnement est particulièrement préoccupante en Haïti, due principalement à la pression démographique, au faible niveau socio-économique des ménages et à l’insuffisance de politiques publiques de protection et de gestion de l’environnement adaptées. Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a également contribué à accroitre les pressions sur les zones forestières et la biodiversité.

La déforestation constitue l’une des principales menaces sur l’environnement. En 2012, les zones forestières ne recouvraient plus que 1,5 % de la superficie du pays (PNUD, 2005). Les causes du déboisement sont multiples, et incluent la demande soutenue en bois énergie et l’agriculture, et dans une moindre mesure les incendies et feux de forêt et la demande en bois par le secteur de la construction. En 2012, 92,7 % des ménages haïtiens utilisent toujours un combustible solide (bois ou charbon) pour cuisiner (EMMUS V). L’érosion des sols qui découle du déboisement, couplée à la forte densité de la population et à l’installation des communautés dans des zones à risque (en contrebas des bassins versants, etc.) augmentent particulièrement la vulnérabilité de la population aux catastrophes naturelles, en particulier aux cyclones, inondations et tremblements de terre.

Proportion de zones forestières en Haiti

Bar Chart

Pour plus d'informations : Télécharger la fiche de l'OMD 7

Nos histoires

  • Du charbon à la reforestation

    Marie-Lucie a le sourire. Ce matin,  comme tous les matins depuis un mois, elle part rejoindre ses amis de la communauté de Dosmond pour planter desPlus

1.19 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Rapport OMD 2013 - Haiti un nouveau regard
Haïti un nouveau regard

Le Gouvernement, que j’ai l’honneur de diriger, est heureux de mettre à la disposition des citoyens et des acteurs du développement, le deuxième rapport national sur le suivi de la mise en oeuvre des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

 

Extrait de l’introduction du rapport signée par le Premier Ministre haïtien Laurent S. Lamothe.

Le rapport sur ISSUU
Cibles
  1. Intégrer les principes du développement durable dans les politiques et programmes nationaux et inverser la tendance actuelle à la déperdition des ressources naturelles
    • La déforestation montre des signes de ralentissement, mais le taux en reste dangereusement élevé.
    • Il est urgent de réagir de façon décisive au problème du changement climatique.
    • Le succès inégalé du Protocole de Montréal montre que des mesures contre le changement climatique sont à notre portée.
  2. Réduire l’appauvrissement de la diversité biologique et en ramener le taux à un niveau sensiblement plus bas d’ici à 2010
    • Le monde n’a pas pu atteindre la cible de 2010 pour la préservation de la biodiversité, ce qui pourrait avoir de graves conséquences.
    • Des habitats essentiels pour les espèces en voie de disparition ne sont pas suffisamment protégés.
    • Le nombre d’espèces en voie de disparition augmente chaque jour, surtout dans les pays en développement.
    • La surexploitation des pêcheries mondiales s’est stabilisée, mais d’énormes défis demeurent pour garantir leur viabilité.
  3. Réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas d’accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base
    • Au niveau mondial, on est sur la bonne voie pour atteindre la cible concernant l’eau potable, bien qu’il reste beaucoup à faire dans certaines régions.
    • Des mesures accélérées et ciblées sont nécessaires pour amener l’eau potable dans tous les foyers ruraux.
    • L’approvisionnement en eau salubre reste un défi dans beaucoup d’endroits du monde.
    • La moitié de la population des régions en développement ne bénéfi ciant d’aucun assainissement, la cible de 2015 semble hors de portée.
    • Les disparités entre zones urbaines et rurales restent inquiétantes en ce qui concerne la couverture de l’assainissement.
    • Les pauvres sont les laissés-pour-compte des améliorations dans le domaine de l’assainissement.
  4. Améliorer sensiblement, d’ici à 2020, les conditions de vie de 100 millions d’habitants des taudis
    • Même si elle est considérable, l’amélioration des taudis perd du terrain face au nombre croissant de pauvres dans les villes.
    • La prévalence des taudis reste élevée en Afrique subsaharienne et elle augmente dans les pays affectés par un conflit.