Rapport sectoriel transversal genre

Publié le 19 avr. 2017 - 46 pages
image

Résumé

L’ouragan Matthew qui a dévasté le grand sud et une partie du Nord-Ouest du pays n’a épargné personne. Les femmes n’ont pas été à l’abris des vent violent de l’ouragan. Selon les données présentées dans le cadre des évaluations sectorielles et les estimations en fonction des pourcentages de femmes, 1,029,000 des personnes affectées par Matthew sont des femmes parmi lesquelles 686,000 avec un besoin d’assistance immédiate ; 304,347 ménages sont affectés, desquels 121,739 ménages dirigés par des cheffes de famille monoparentale ; 86,150 cheffes de famille monoparentale ont leurs logements sérieusement endommagés et/ou détruits (41,560 détruits et 44,590 endommagés). Il est opportun d’entrainer les femmes dans les métiers de la construction, qui sont les meilleures sources d’emplois dans ce contexte de réhabilitation d’infrastructures et de restauration de maisons.


A côté des séquelles physiques qu’il a laissé, l’ouragan Matthew a décapitalisé les petites commerçantes en privant de nombreuses autre femmes d’un emploi. Dans le secteur de la pêche marine par exemple qui emploie directement 54, 000 familles sur les 1, 500 km de côte, ainsi que 12, 000 commerçant-e-s. De plus, le secteur emploie indirectement 7000 « madan sara », acheteuses – vendeuses sur les plages, quelque fois aussi des transformateur-es. Les femmes représentent respectivement 44 % de la main-d’œuvre familiale et 40 % des aides familiales, souvent mobilisées dans les grandes opérations (semis, récolte…) de la campagne agricole de référence.


L’ensemble des besoins au regard des dommages et pertes occasionnés par l’ouragan sur le secteur Genre s’élève à 77,394,004.00 USD dont 61,194,0004.00 USD pour le court terme, 9,900,000.00 USD pour le moyen terme et 6,300,000.00 USD pour le long terme. À ce titre, des mesures spécifiques visant à remédier aux inégalités des sexes exacerbées par l’impact de l’ouragan devraient constituer un élément clé de toute stratégie de relèvement.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Haïti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe