• Rapport sectoriel transversal genre

    L’ouragan Matthew qui a dévasté le grand sud et une partie du Nord-Ouest du pays n’a épargné personne. Les femmes n’ont pas été à l’abris des vent violent de l’ouragan. Selon les données présentées dans le cadre des évaluations sectorielles et les estimations en fonction des pourcentages de femmes, 1,029,000 des personnes affectées par Matthew sont des femmes parmi lesquelles 686,000 avec un besoin d’assistance immédiate ; 304,347 ménages sont affectés, desquels 121,739 ménages dirigés par des cheffes de famille monoparentale ; 86,150 cheffes de famille monoparentale ont leurs logements sérieusement endommagés et/ou détruits (41,560 détruits et 44,590 endommagés).

  • Conjuguer les genres pour lutter ensemble contre les violences faites aux femmes

    Atteindre le développement tel qu’on l’envisage, c’est-à-dire inclusif et durable, va au-delà de la recherche de l’égalité entre les hommes et les femmes. Si l’égalité des sexes est une condition sine qua non de développement, la définition d’un partenariat entre les hommes et les femmes est également un moyen indispensable pour obtenir des résultats palpables dans les différents secteurs, qu’ils soient politique, économique, social ou environnemental.

  • Assistance légale pour les femmes

    Ces dernières années, la violence contre les femmes, y compris la violence sexuelle et la violence domestique (inclues sous le concept de la « violence de genre »), a fait l’objet d’une attention accrue par la communauté internationale. Un grand nombre d’études ont mis en exergue l’impact de ces violences sur la santé des femmes, et plus généralement, sur le développement humain.1 Bien que la violence de genre ne soit certainement pas une problématique nouvelle en Haïti, le séisme de 2010 a eu pour effet de concentrer l’attention des acteurs nationaux et internationaux sur la question.

  • Haïti en avant, paroles de femmes

    Haïti, trois ans plus tard… depuis le séisme dévastateur du 12 janvier 2010, d’énormes d’efforts ont été consentis pour aider le gouvernement à atteindre ses objectifs et améliorer les conditions de vie des Haïtiennes et Haïtiens.

  • « Les organisations, les communautés veulent travailler, veulent améliorer leur vie et celle de leurs familles et le PNUD veut les accompagner en ce sens. J’ai été très impressionnée par la détermination des personnes que j’ai rencontrées tant dans les municipalités qu’au sein des organisations locales ».